A Belleville, passage du Carnaval de Paris

 

15/02/2010
Le Carnaval de Rio fait rêver, et les amants célèbrent  leur romance à Venise
Et Paris ? Paris avait perdu son Carnaval …

Photo 6990

Paris a eu son carnaval, parmi les plus importants du monde depuis le Moyen-Age.

A l ’origine, les festivités avaient un tour religieux. « La fête de l ’âne », une des premières répertoriées, évoquait l ’entrée de l ’âne portant Jésus à Jerusalem. La commémoration avait lieu le 7 janvier,  jour de la Circoncision. Une procession solennelle suivait la céromonie, au cours de laquelle des rites de plus en plus étranges étaient pratiqués. L ’esprit de la fête évolua et la farce évinça progressivement l ’esprit religieux qui fut tourné en dérision et relégué au second plan. On se mit à élire de faux évêques et de faux papes. Les mascarades se tenaient dans les édifices religieux puis dans les monastères. Les prêtres eux-mêmes se prêtèrent au jeu… « La fête des fous » avait remplacé « la fête de l ’âne ».

Photo 6961

Les débordements prirent une ampleur qui inquiétèrent les autorités tant civiles que religieuses… Ces fêtes furent progressivement interdites vers 1520

Photo 6989

  Dès le XIV siècle, le Carnaval de Paris prend le relais.

Photo 6950
Les ruptures des périodes de jeûne religieux entre le Mardi Gras et la Mi-Carême donnent lieu à des réjouissances, au cours desquelles on se préoccupe d ’impliquer et de mettre à l ’ honneur  différentes corporations…
D ’abord les artisans … et  la police !

Photo 6981
Photo 6983
On commence par « sortir le Boeuf Gras »…

Au XIX siècles, commerçants, blanchisseuses et étudiants forment un deuxième cortège de Mardi Gras.

Au cortège du Boeuf gras vient ansi se joindre celui des
« Reines des Blanchisseuses ».

Photo 6971

Puis celui des « Reines des Reines »

Photo 6956
Photo 6958

 La Mi Carême est progressivement dédiée à la célébration des Femmes.

Aux différentes coporations à l ’honneur viennent  bientôt se joindre les étudiants des Beaux-Arts avec leur char du « Lavoir des Beaux Arts » et leur hymne des Pompiers

Photo 6954

A la fin du XIXè, les festivités du carnaval qui inspirent bon nombre d ’artistes,
dont Monet, battent leur plein..

Pour donner la réplique au « Cortège du Boeuf Gras », les habitants de Montmartre organisent une « promenade de la vache enragée »…

Photo 6963
Photo 6980
Photo 6972
Certains esprits pudiques  chagrinés par le tournure orgiaque que prennent parfois les événements parviennent à faire édicter des mesures de plus en plus répressives  pour tempérer les élans . Confetti qui transforment la Seine en une marre de mosaïques et  serpentins qui coiffent  les arbres de perruques multicolores sont bientôt interdits

Photo 6948

Dans les années 1950, le Carnaval de Paris est  oublié, les festivités tendent progressivement  à se limiter au Mardi Gras.

Photo 6942

Depuis 1997, l ’Association Droit à la culture a relevé le Carnaval de Paris de ses cendres.
 Depuis treize ans, à la mi-février on accompagne le Boeuf Gras de la Mairie du XX à l ’Hôtel de Ville

Photo 6941

Photo 6939

Cette année le Carnaval de Paris s ’articule autour de la Saint Valentin

Photo 6955
et du Nouvel An chînois ; nous entammons l ’Année du Tigre

Tous nos voeux …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.