Allez, tous au chaud !

Le ciel est pastel, mais sa douceur fait illusion

P1070082

Me voila perplexe. J ’aurais bien besoin d ’un peu d ’air pur. Quelqu ’un pourrait-il me dire pourquoi mon poste    d ’observation d ’ordinaire si accueillant m ’ est devenu brutalement hostile ; le froid surpasse  maintenant en férocité le tranchant de mes griffes  et il n ’est pas possible de    tenir bien longtemps cale dans le rocking chair comme autrefois, pas même en me faisant tout petit au-dessous pour échapper a son emprise ; je me trouve aussitôt envahi, domine, vaincu. Mes    poils se hérissent prêts a se transformer en aiguilles de glace, mes moustaches se pétrifient…. l ’air me manque pourtant – cruellement – et le soleil ne parvient pas a réchauffer mon coeur    vaillant.

 

P1070084

Alors, a défaut d ’aventure, je passe de longs moments a fouiner dans mon épaisse fourrure a la recherche d ’un    improbable oeuf de puce, de quelque minuscule impureté, d ’un dépôt microscopique… Méthodiquement, je redresse a la verticale, un par un chaque élément de ma superbe parure avant    de la lisser pour en parfaire les finitions et lui donner  sa touche finale.

P1070081

Cela fera bientôt trois semaines que les aléas extérieurs rendent les promenades impraticables. Jour après jour, je    me suis résolu a une activité réduite, et ma musculature fond comme neige au soleil, lequel va incessamment passer a la pointeuse. L ’ennui et ensuite, l ’ennui… Mais on dit que    l ’Evénement survient souvent quand on s ’y attend le moins …

Alors j ’attends.

P1070089

Et quand on attend suffisamment longtemps, l ’inconcevable

finit par arriver.

Le Topain vient d ’être introduit dans nos appartement. Après les présentations d ’usage, a contre jour, il s ’ouvre a moi.    Sa voix est confidentielle,  une barrière de discrétion nous sépare, comme a confesse.

P1070091

L ’amie Boule ne parait trop  savoir ce qui l ’amène, je comprends qu ’il a des ennuis… Il aurait été oublie a    l ’épicerie… Il s ’est tenu infailliblement, des heures durant, a la place qu ’il lui avait assignée. Derrière les tiroirs caisse, il a guette les allées venues tout l ’après midi et jusqu ’à    une heure avancée de la soirée. Puis, les spots se sont éteints, le monde s ’est éclipse. Il était seul, nu au milieu d ’étrangers affaires  et peu amènes. On l ’a relégué pour la nuit quelque    part dans le sous-sol au milieu des palettes sur lesquelles s’empilaient boites et cartons inaccessibles. Il avait grand faim et froid…

 

P1070092

Il est saisi, transi…vanné, ne sait plus qui il est, ou il en est, n ’a plus la force de chercher a savoir. Il flaire en    tous sens, a salue les hôtes félins qui lui ont réserve un accueil favorable. Je lui offre ma gamelle, sans façon aucune, a laquelle il ne touche pas : c ’est qu ’il n ’a pas le coeur a    l ’ouvrage… Une couche moelleuse est mise a sa disposition.

Il s ’y abandonne

A Chaque jour suffit sa peine …

P1070095

Il dort et dort, et dort, paisiblement en ronflant doucement.

Le coeur nous manque de troubler le sommeil du juste …

P1070086

ET CE N ’EST PAS TOUT…

P1060995

Le vétérinaire vient de nous lancer un appel ; une créature terrorisée a été déposée au petit matin sur le pas de sa    porte, recroquevillée dans une caisse. Il se trouve désormais sans abri.

P1070079

Nous l ’avons entendu pleurer des heures durant. A présent, il s ’est endormi. Nous veillons attentivement sur son    sommeil…

P1050515

Et moi, je cherche… le suivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.