Balade du côté de Gambetta

 

28/04/2009

Nous avons pris notre bâton de pèlerin pour gravir les rues  de notre quartier accroché à Ménilmontant. Nous avions besoin de poser nos valises au cabinet de Madame X, vétérinaire du coin et de nous approvisionner en pesticides, croquettes, petites douceurs vitaminées et autres gâteries (à consommer avec modération).

En chemin, il y a encore peu de temps, il nous fallait longer en file indienne sur un  trottoir de la largeur d ’une poutre une sorte de barricade sauvage qui masquait avec difficulté, un terrain qu ’on n ’hésiterait pas à qualifier de « vague ». L ’informe monticule enfoui sous un enchevêtrement végétal inextricable, était encombré de rebuts en tous genres et de représentants de toutes espèces, humaines et animales confondues, de  laissés pour compte.

  Un jour, la végétation  « emprisonnée » a été démêlée. Les barricades sont tombées. Petit à petit,  de l ’herbe tendre a commencé à pousser et le coteau transformé en joli jardin, s ’est fait beaucoup plus accueillant.


Une belle inconnue


Le temps est imprévisible ; le vent envoie un banc de nuages dans notre direction (deux promenades, deux averses aujourd ’hui !)

D ’une minute à l ’autre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.