Balade estivale au Parc de Bercy (« Les Parterres ») -19/02/2011

Nous venons de traverser l ’une des deux passerelles en montagne russe qui prennent leur envol aux alentours du « Jardin romantique » pour nous déposer délicatement dans les « Parterres »

…  et au milieu, coule une allée d ’eau ;  le canal poursuit sa route, s ’étire,  et harmonise  en douceur les variations du paysage. 


Les parterres  s ’organisent en thèmes  aux quatre coins cardinaux du parc où se reconnaissent les quatre saisons

Il est permis de se laisser aller à rêver et de s ’étonner de l ’irruption  surprenante de ce « tumulus » au milieu d ’une oasis de verdure . Je crois pouvoir assumer sans trop me tromper  qu ’il répond  à la nécessité de  protéger élégamment des  équipements de jardinage et de mesures.

Des touches colorées de bégonias interrompent les dégradés de vert et éclairent la promixité d ’ une serre qui abrite des plantes exotiques. Elle est adossée à la maison des Jardiniers.

Un  portail entouré d ’une tonnelle ouvre sur la petite cour de cette  paisible propriété de campagne.
Les rails ont cessé depuis longtemps d ’acheminer à bon port les convois chargés de  vin , snobé des « connoisseurs », mais qui scellait des amitiés. 

La maison des jardiniers, ancien poste du percepteur de taxes est aujourd ’hui l ’endroit où les amateurs de nature peuvent  recevoir conseils et idées. Les écoliers y sont accueillis et initiés, au sein du potager tout proche, à l ’art de cultiver son jardin.

La roseraie, où se déclinent  les chaudes couleurs de l ’été 


Les treilles symbolisant l ’automne et le feu, se rassemblent autour d ’une  cheminée conique de brique rouge

Le souvenir de Bercy se perpétue dans des perspectives
de plans de vigne. 

 

 

 

Parc de Bercy en été, Paris

Les petits oiseaux du ciel qui fuient les  zones bétonnières,  se rassemblent en terrain plus favorable,  où  des mets exquis sont dissimulés dans le replis dentelés d ’une feuille, ou dans la douceur moite des pieds  d ’une pousse. 

  Coup d ’oeil  circulaire sur la roseraie que des promeneurs fatigués prennent le temps d ’observer, à l ’abri des blancs cabanons de caillebotis 

à moins qu ’ils n ’ optent pour un banc sur décor végétal 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.