Cargalero – métro Champs-Elysées-Clemenceau -09/11/2010

 

 

 

La pluie nous prend de vitesse et s ’infiltre insidieusement dans les moindres replis de nos vêtements.

 

 

Nous venons de nous engouffrer dans une galerie…

 

Photo 7537

 

Les murs chaleureux ont accueilli des fresques aux couleurs vives.

 J ’y vois des effets de tissage

 

Photo 7195

 

et goûte pleinement la volupté d ’un contact avec  la matière.

Je viens de retrouver avec plaisir  l ’ état de grâce de l ’enfant qui plante avec enthousiasme les graines de l ’espoir

 

Photo 7196

 

où assemble les triangles colorés de son jeu de construction 

Photo 7200

 

 ou livre ses essais à l ’écriture.

 

Photo 7188

 

Je me suis laissée emporter par un  élan vital, des profondeurs vers les cieux, un hymne aux bâtisseurs de cathédrales

 

Photo 7185

 

Photo 7182

 

 

Photo 7181

 

 

 

Photo 7192

 

le travail,  la ville, la vie toute en couleurs

 

Photo 7190

 

 A l ’abri de la pluie et des foules ,  déambulant à l ’envie au milieu des tableaux de céramique  dans les spacieux couloirs du métro Champs-Elysées-Clémenceau, à la corespondance des lignes 1 et 13, nous n ’avons pas vu passer l ’heure

 

 

Photo 7199

Photo 7198

 

 

 

 

 

 

 

Photo 7175

 

Les fresques réalisées en 1995,  portent la signature de  Cargaleiro un artiste apprécié tant en France (où il vit depuis 1957), que dans son pays d ’origine (le Portugal), ou en Italie (au Musée Vietri) où il exerce toujours.

 

Photo 7529

 

   Né en 1927 au Portobellol, Manuel Cargaleiro montre très tôt des dispositions pour la céramique comme pour  la peinture : on ne manque pas de remarquer  que son oeuvre allie ces  deux passions. Autodidacte, il réalise des carreaux de faïence selon une technique importée par les envahisseurs musulmans dans la péninsule ibérique depuis plus de cinq siècles, et connue sous le nom d ’Azulejo. 

 

 

Photo 7178

 

 Palais de l ’Elysée,  Place Georges Clémenceau,   Grand Palais,  Palais de la Découverte,  Champs Elysées, boutiques,  bars et cinémas  se trouvent  au-dessus de nos têtes…

  

 

Photo 7154

 

 Après tant de pas, il  tarde d ’ enlever ses chaussures et  de s ’installer paisiblement sur les canapés Ikea qui semblent avoir inopinément remplacé les bancs coquilles…

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.