Chez les Timucuas

Remontant les sources vives de l ’histoire,

P1060221

nous évoluons dans un décor ou s ’égrainent çà et la, des traces  discrètes mais bien tangibles qui appartiennent a    un monde englouti… oublie et ignoré depuis des lustres… jusqu ’à ce jour de 1934, ou  un cultivateur qui  se préparait a planter un oranger sur le terrain, ne découvre, enfoui dans    le sol un squelette… le village s ’en émut. On contacta l ’Institut Smithsonian qui mandata sur place son directeur de département d ’ethnologie et d ’archéologie, lequel examina les ossement et    ordonna des fouilles.

C ’est alors que les archéologues découvrirent enfouie sous le site de la « fontaine de Jouvence », une nécropole… Dans    les années 1950, ils purent confirmer qu ’il s ’agissait bien  de dépouilles d ’Indiens Timacua

P1060228

Les Timucuas parlaient tous des dialectes différents propres a leurs tribus respectives On les    regroupa plus tard sous la dénomination commune de Timacuas , en raison de leur établissement géographique : en Caroline, en  Georgie, mais aussi dans la partie Nord et Est de la    Floride.

P1060215

D ’un décor végétal, se détache la silhouette vive et élancée d ’un homme altier dont on se prendrait a envier la    musculature. Sa physionomie est énergique, déterminée. Son regard fascine et nous pétrifie.  Lance a la main, il chasse

P1060231

A proximité se trouve son embarcation, telle que doit l ’avoir aperçue Ponce de Leon a peine débarqué a Porto Rico en    1513, alors que parcourant les terres de la Floride il était parti a la recherche   de la « fontaine de Jouvence » qui se trouvait précisément sur ce terrain.

Les pagodes étaient façonnées a partir du tronc d ’un cyprès, qu ’on commençait par brûler unilatéralement, et qu ’on    évidait ensuite.

P1060219

Elles étaient utilisées pour circuler sur des eaux peu profondes, et étaient dirigées par des hommes qui se tenaient sur    des berges.

P1060216

Saturiwa était le grand Chef de l ’une des nombreuses une tribu Imacua établie depuis 4000 ans dans le village de    Seloy…quand en 1565,  Pedro Menendez arriva : c ’était précisément un 28 août, jour de la saint Augustin…Les nouveaux arrivants nommèrent aussitôt l ’endroit San Augustine et célébrèrent    ici leur première messe..

P1060226

L ’histoire raconte que les premiers habitants accueillirent chaleureusement les Européens ,

P1060223

partageant de bon gré les produits de leurs chasses et de leurs pèches, peaux, plumes, poils et squelettes – rien ne    se perdaient – servaient  a la confection de vêtements, de parures, d ’armes ou d ’outils…

P1060227

Ils leur apprirent les rudiments de survie dans une nature parfois surprenante, dont on pouvait tirer le meilleur parti ;    ils leurs apprirent a concasser les grains, ils les aidèrent a s ’installer …

P1060225

Les provisions étaient stockées a l ’abri d ’un bâtiment central du village

 

Village-timacuan 20111217 115001

Asile, solidarité, partage : l ’Etat de grâce

Village-timacuan 20111217 115010

Depuis la nuit des temps, le feu a toujours exerce un pouvoir sur l ’homme, et l ’homme sur le feu.

Les lueurs de la nuit ne sont pas encore apparues, mais  l ’éclat du soleil, masque sous une nappe de nuages,    favorise le recueillement.

Nous nous sommes groupes autour de la femme qui raconte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.