Ciels rouges sur la Villette

 

06/06/2009

 

Nous débouchons de la rue de la Marne pour retrouver le Quai du même nom, et nous acheminons droit devant, attirés par la silhouette d ’une mystérieuse passerelle métallique

 

Sur un mur de meulière…sont plantés de gentils vélos aux couleurs pastels. Même s ’ils doivent faire face à la concurrence des vélibs, ils étaient  déjà là avant, et  offrent autre chose. I Ce « collage » signale l ’entrée de l ’atelier de l ’association « Cyclo Pouce » : on y apprend à entretenir et à réparer son véhicule terrestre sans moteur et garanti non polluant. Ou on peut en  louer ou  acquérier un quand on en est démuni et que l ’envie impromptue d ’une balade se fait urgente. Des propositions de randonnées cyclistes  suivant  le parcours de la Marne y sont proposées

 

 

Les voies désaffectées de l ’ancienne petite ceinture   longent et encaissent la rue des Ardennes, avant d ’enjamber le Canal de l ’Ourcq. de leurs fenêtres, les riverrains assistaient à l ’acheminement quotidien des convois ferroviaires qui menaient les bêtes en direction de leur destination finale. Aujourd ’hui,  la voie est libre et le promeneur peut se perdre à travers ses treillis boulonnés.


avec parfois en prime, la surprise d ’un bouquet

 

 

Nichée en contrebas, dans un enchevêtrement de verdure  gardé par un totem, quelque discothèque

 

dernier regard vers un monde qui va disparaître.

 

 

Place Paul Delouvrier… la « Péniche de l ’Eau » a été amarrée quai de l ’Oise au carrefour des canaux. Son existence a un but pédagogique . S ’annoncent quelques prémices des réjouissances de la cité de la Villette, bien en vue des lucarnes de l ’hôtel Ibis

 

Voici le joujou encore tout neuf des Parisiens : La Villette, un gigantesque terrain de jeux bâti à l’emplacement des anciens abattoirs. Quel changement de décor! Mais peut-on déjà oublier …

 

La « Géode »  qui contient, la plus grande salle en Europe se profile à mes côtés tandis que je plane en apesanteur au milieu d ’une allée . Ce coucher de soleil sur décor futuriste avec  en arrière plan « mon  beau château » , nous engloutie dans un univers fantasmagorique

 


La « Maison de la Villette », une « survivante » qui abrite désormais des manifestations temporaires.

 

L ’horloge rythmait les journées de la « Cité du sang ». Elle indique vingt-et-une heures et trente et une minutes. L ’antre du Métro est toute proche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.