De Belleville à Menilmontant

 

 

 

Nous n ’allions pas traverser les Buttes-Chaumont de fond en comble, ni prolonger la balade vers le bassin de la Villette, alors nous sommes revenus sur nos pas…pattes et avons repris la direction de Belleville.

 

Entrée parc de Belleville

Il nous a suffi de nous laisser aller au fil des petites rues pavées pour rejoindre Menilmontant, en son temps  hameau de Belleville. D ’une cime a l ’autre, nous nous sentons d ’humeur ludique alors que nous longeons un portail engageant qui laisse passer entre ses barreaux quelques attraits caches du tout nouveau parc de Belleville :  murs qui supportent la butte verdoyante, escaliers qui rendent accessible une montagne de découvertes, d ’espaces inattendus, de retraites secretes.

Lieux dits, rues étroites en zigzags dont les noms rappellent sans équivoque l ’origine agricole de Belleville et de Menilmontant, « montagnes russes » ou on retrouve encore ici une mare, la une une cascade, ici une rigole, la une ferme…

 

Rue Ramponeau, Paris

Le hasard, mais n ’est ce vraiment que cela, nous mène rue Ramponeau, encore entièrement pavée et dont l ’inclinaison révèle en son sommet un mur éloquent.

 

Monument commémoratif des Communards

Sur le mur qui sépare la rue de la ferme de Savy du parc de Belleville, un bas relief raconte la confiance et l ’amour idyllique de l ’enfant presume naturellement bon, et de la »mère nature ».

 

Entrée Parc de Belleville

Au-dessous, sobre et solennelle, une plaque vient d ’être scellée

 

Plaque commémorative des Communards

elle rend hommage, en lettres d ’or a des héros, a l ’occasion du bi-centenaire de la Commune.

 

Ancienne boulangerie, rue des Couronnes, Paris

Plus bas, a quelques mètres de la, nous contournons un bouquet d ’immeubles bien entretenus, rescapés des bombardements, mais aussi des projets d ’urbanisme qui ont bouleverse des pans entiers du paysage ouvrier de Belleville et de Menilmontant : la section de la rue des Couronnes qui gravite au pied du parc de Belleville, a été ensevelie sous les tours de béton…Ne restent que deux anciennes boutiques en vis a vis, vestiges d ’un passe encore proche,  qui font désormais figures de reliques.

 

Bar Floréal - Rideau métallique

L ’ancienne boulangerie a été transformée en galerie d ’art, et le bar du coin a été appelé a d ’autres fonctions. « Frou-frou ». « le P ’tit vin blanc », ce n ’est plus ici… des gens tres pauvres, mais tres heureux ont vécu des petits bonheurs et des drames : artisans et commerçants juifs disparurent par milliers vers des destinations inconnues ; certains en revinrent et tentèrent de regagner leurs pénates. N ’étaient-ils pas tous morts, se prenait on a penser …

 

 

 

N° 43 rue des Couronnes, Paris

Les enseignes ont valse ; a-t-on vraiment fait table rase du passe ? La portion de la  rue des Couronnes soumise au béton s ’étire mollement sur le coteau avant de regagner, a la faveur des vertes retombées du parc une physionomie plus enjouée.   On éprouve parfois dans l ’uniformité du paysage, quelques difficultés a trouver des repères ; il nous semble marcher indéfiniment tout en éprouvant la désespérante impression de ne pas progresser. Et puis soudain, il suffit d ’une touche de couleur vive pour qu ’apparaisse un élément, peut être un indice.

Plaque immeuble rue des Couronnes - Paris

Au numéro 43 de la rue des Couronnes vivait un certain Jacques Kipman, enfant de Belleville tombe dans une embuscade.

Pistol rue des Couronnes

Un boucher rue de la Mare, un cordonnier plus loin, l ’usine familiale de la rue des Couronnes d ’où s ’échappaient le soir tombant des ouvriers qui sifflaient, une voiturette des quatre saisons regorgeant de fruits et de légumes, et les appels « Qui veut mes salades ?… »

 

Et maintenant, le silence…

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.