Des isbas russes à Paris

Le  jardin du Ranelagh, paradis des enfants, prolonge le parc de la Muette (qui jouxte l ’ancien château de la    Muette, devenu siège de l ’OCDE) ,  autrefois célèbre par sa salle de bals inspirée de la rotonde des jardins de Chelsea par Lord Ranelagh

P1080001

mène à une gare, où aucun train ne paraît plus

 

P1070982

Nous nous contentons de contourner l ’ancienne gare de la Muette aujourd ’hui affectée à la    restauration, et marquons une pause respectueuse à l ’entrée d ’un boulevard baigné de chlorophylle et d ’un silence désuet.

 

P1070981

3,4, 6 bd Beauséjour : une isba, deux chaumières et un relais poste russes authentiques nichées au sein d ’une « villa »     qui porte le numéro 7

 

P1070990

dans le voisinage immédiat très spécial d ’immeubles au charme envoûtant.

 

P1070992

Alignements de ferronneries bleutés,  fenêtres s ’ouvrant sur  le domaine de Beauséjour reconstitué…qui    recouvre aujourd ’hui les anciennes voies de la petite ceinture d ’Auteuil.

 

P1070979

Le jour  prometteur d ’éclaircies nous a gratifie d ’unEtat de grâce en fixant au-dessus de nos    têtes, un carré d ’azur.

On se croirait presque revenus à l ’insouciance des petits jeux estivaux.

 

P1070987

Les isbas avaient été achetées et transportées de Russie pour l ’exposition universelle de 1867.Alphonse Lasnier, entrepreneur et propriétaire d ’un terrain situé Chaussée de la Muette  les racheta en 1872 aux anciens exposants qui renâclait    à les rapatrier. Plutôt que de laisser leurs anciens propriétaires les détruire, il  les installa à l ’ombre des arbres du domaine de Beauséjour, démantelé à l ’occasion de l ’annexion des anciens villages à Paris, et qui abrita des personnages illustres et divers,    comme le Père-Lachaise, Madame de Récamier, ou Chateaubriand.

 

P1070985

Il nous faudra revenir faire le guet et attendre que les grilles du n° 7, délimitées par deux    vasques s ’entrouvrent.

 

P1070986

Car ces habitations de bois, fraîchement repeintes de couleurs pastel, sont classées « monuments    historiques » et bel et bien habitées.

 

P1070993

Les n°11 et 11 bis m ’ont séduite par leur charme discret un peu provincial et leur élégance

 

P1070991

Mais Pistol file comme une flèche  en  direction du parc où l ’appellent de délicats    fumets

P1070997

Deux belles baguettes de pain traînent à même le trottoir

 

P1070996

Lui étaient-elles destinées ?

 

P1070989

Le baromètre semble virer du sourire à la grimace

 

P1070976

L ’automne est arrivé pour de bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.