…encore cinq minutes ! 21/05/2011 23:25

 

      Est-ce l ’heure déjà ? 

Je nage dans le flou et l ’opacité vaporeuse de petits sommes, je suis tantôt ici, tantôt ailleurs. J ’émerge de la brume caniculaire, pour apprécier à sa juste valeur la teneur voluptueuse du sommeil, et me laisser couler, une fois encore, dans ses profondeurs…

Photo 6300
Photo 6301

 

Non, l ’heure est passée, la messe est dite.

Alors, rien qu ’un petit somme de plus ne fera plus bouger d ’un poil ce qui est indéfectiblement scellé.

Il fait beau, et je me suis lancé tout guilleret à la poursuite des odeurs matinales toutes fraîches et vibrantes que nappait l ’ombre des platanes du boulevard ; j ’ai humé avec délicatesse les petites fleurs vivaces qui contre toute attente, persistent à réapparaître d ’un été à l ’autre, en s ’agrippant aux mottes rocailleuses et arides, lesquelles délimitent le périmètre de jardins partagés déjà très chauds, de si bonne heure . Dans les replis rafraîchissants d ’un caniveau, j ’ai deviné sa présence. Mu par l ’urgence impérieuse de mon inclination naturelle, j ’ai entrepris avec ardeur d ’arpenter les trottoirs de  l ’avenue la plus escarpée et la plus fréquentée du village de Ménilmontant, sans trouver sa trace. J ’ai coupé par une petite rue tortueuse au pavé brûlant, aux murs déserts…Épuisé, je l ’ai trouvé là, vêtue de sa petite robe noire galonnée d ’or, discrète et réservée comme une  violette retranchée dans la douceur duveteuse de ses contours. Elle se tenait, douce et soumise aux côtés de sa duègne. Et moi, dans toute cela …

 

Photo 6779

me risquerais-je même à murmurer son nom dans l ’intimité secrète de mes rêves 

« Concita…Concita Chihuahua,

sois belle et parle moi »

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.