Eté, automne à Paris : la place de la Nation change de visage -02/10/2009

Une impression de « déjà vu ». L ’ai-je  rêvée ?

http://pistol-boule-bringe.over-blog.com/article-32399415.html


La Place de la Nation n ’est « plus tout à fait la même, ni tout à fait une autre »
 »


Entre ciel et terre, entre chien et loup,  les couleurs se fondent en demi teintes tandis que les dernières roses s ’épanouissent  pleinement, et s ’éclatent sous un soleil plus doux. Elles respirent ….


Les certitudes de la jeunesse se sont nuancées ; on a appris à faire la part des choses. On a admis, avec une force tranquille que rien n ’est donné pour toujours, que la vie va et vient.


Certains  se traînent à reculons, le visage morose ( ‘les sanglots longs des violons
de l ’automne »), et déplorent que « l ’hirondelle en sanglotant (disparaisse)
à l ’horizon pâle « …

 


J ’ai eu vingt ans, il n ’y a pas si longtemps. Mais il pleuvait, t ’en souviens-tu ?


Ce soir les arbres couronnés se sont sacrés empereurs. Une autre fête commence : les feuilles tourbillonnent comme des feux d ’artifice au Bal du Lion d ’Or : Oh : la belle jaune…Ah : la belle rouge !

 


Nous allons,  une fois encore, tant qu ’il ne pleut pas, tant qu ’il ne fait pas trop froid, nous attabler à la terrasse d ’un café, et nous goûterons ensemble le vin nouveau.



Nous achèterons des marrons chauds pour attendre le retour promis des jours meilleurs.

 

 
Terminus ? Tout recommence…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.