Il pleut sur Ménilmontant

12/06/2009

Il pleut sans discontinuer depuis un jour, une semaine, ou plus longtemps sans doute. Par moment, une rafale capricieuse se risque à pousser  les  mastondontes célestes hors de notre sphère sidérale. A force de se vautrer de toute leur longueur,  dans le ciel de Paris, de peser de tout leur poids sur nos épaules, ils considèrent leur séjour comme un état de droit et rien ne semble devoir les perturber. Que faudrait-il ? Un chariot de feu, une cinquantaine de coups de canons, des sireines vociférantes, des menaces, des tractations, des suppliques, des déclarations d ’amour ?


Les ordres des émirs du coin sont restées vains…Ils sont abandonné la partie. Nous battons le pavé de la place Maurice Chevalier, à l ’ombre de Notre-Dame de Ménilmontant


« ma chandelle est morte, je n ’ai plus de feu »
Une  fenêtre éclairée nous communique la force d ’espérer en des lendemains prometteurs
« ouvre moi ta porte, pour l ’amour de Dieu »


Pluie et bétonnage égal : GRIS. Nous n ’en voulons plus…


Au bout de la rue, on trouve toujours des fleurs : elles s ’offrent  en cascades aux sens visuels et olfactifs. On s ’y perd, et l ’esprit de colore des teintes de l ’arc en ciel


Les petits immeubles familiaux tiennent le coup à l ’ombre du clocher. affichent la gaité.


Pour rentrer chez nous, il nous faut longer  la très modeste et très étroite rue Delaître qui pour le moment, en raison de travaux est interdite à la circulation : une  aubaine pour les piétons, et pour les poètes dans l ’âme


On trouve de tout à « l ’épicerie arabe » où tous les membres de la famille prennent le relai jusqu ’à une heure  tardive de la soirée. Ce sont nos voisins, nos proches …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.