La Butte-aux-Cailles du haut en bas -13/08/2011

 

Juchée sur la Butte,  la place Paul Verlaine,  permet de reprendre souffle : là où l ’animation turbulente de la nuit et les marques festives qui jalonnent  la rue de la Butte-aux-Caille marquent un arrêt, l ’eau à profusion et la tranquille convivialité des riverains viennent prendre la relève du vin

Place Paul Verlaine

une escale d ’autant plus rafraîchissante, si on n ’en juge  les bienfaits concomitants d ’une eau tiède et ferrugineuse qui jaillit des tréfonds de la terre, distribuée à la demande, par un puits artésien…séparé de seulement quelques pas d ’un « établissement de bains » rempli de la même eau, tirée de quelques six-cents mètres en sous sol.

Sur l ’espace triangulaire planté d ’arbres qui associent étroitement et fort à propos, les deux installations hydrothérapeutiques, les paisibles boulistes du quartier se retrouvent.

 

sculpture Henri Rousselle

En face,  déjà légèrement en contrebas,  on ne distingue d ’abord que  le  vélum feuillu d ’une congrégation de marronniers blancs : c ’est un jardin où sous le regard attentif de leurs mères, de tous petits enfants bâtissent des châteaux, s ’émerveillent de leurs capacités nouvellement acquises, ou déconcertés par leurs limites, s ’acharnent à marcher plus loin, courir plus vite,  grimper plus haut chaque jour, se résignent parfois dans une entente consensuelle à suivre les pas des décideurs nés, où se livrent âprement aux premières luttes pour exister…

Et au-dessus de la mêlée, inaccessible et ignoré, le regard impavide et déterminé d ’un homme pétrifié pour l ’éternité, président du conseil de son vivant, qui portait le nom d ’ Henri Rousselle.

 

 

Fabrique de galoches Lefèvre vue du square henri Rousselle

 

Je referme avec soin la petite porte du square qui m ’arrive à la taille et contourne une maison qui marque l ’angle de la rue de la Butte-aux-Cailles, et ne semble pas disposée à ensevelir ses activités passées dans l ’épaisseur de ses murs.

 

 

Rue de la Butte aux Cailles - façades immeubles anciens

 

Les fêtards de la nuit récupèrent. A la lumière du jour, la rue de la Butte-aux-Cailles reprend une  physionomie villageoise de bon aloi.

Nous sommes dimanche. La boulangerie a fermé sa porte à grelots. De son côté, le bar d ’à côté, et tous les autres se sont octroyés congé. La rue est à peine animée par le passage souvent fortuit de rares voitures ou piétons.

 

Place de la Commune - vue d'ensemble

 

A la croisée des chemins, place de la Commune, le silence !

Les gracieuses sylphides de la fontaine Wallace se sont figées.

Nous sommes dimanche : chacun retient son souffle

 

Rue de la Butte-aux-Cailles - maisonnette campagnarde

 

Une porte close sur l ’intimité paisible d ’une rue provinciale.

Les persiennes s ’éveillent à moitié seulement ;

 

Pochoir enfant black - rue de la Butte aux-Cailles

et en chemin, toujours fidèles, de charmants compagnons de voyage sortent des murs. Veulent-ils me transmettre un message, une requête ou simplement un bonjour ?

 

Pied de la Butte aux Cailles- rue de la Butte...

La facétieuse rue de la Butte aux-Cailles nous surprend, en se coudant à angle droit quelques dizaines de mètres plus haut, avant d ’amorcer une descente sportive, toits encastrés les uns dans les autres tels les pièces d ’un puzzle.

La chevauchée est interrompue par l ’émergence un peu abrupte d ’une rue perpendiculaire.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.