La passerelle Simone de Beauvoir -24/02/2011

Nous venons de quitter « Les prairies » du Parc de Bercy. En ce début d ’août, l ’herbe déjà amaigrie a été roussie. Est-elle plus verte ailleurs ?  Nous abordons une étrange rampe qui rappelle le Deauville de Trintignan

La passerelle Simone de Beauvoir flotte tel un ruban sur la Seine ; elle nous porte sans effort de l ’autre côté du fleuve.

Les planches de bois hermétiquement assemblées les unes aux autres permettent aux riverains en provenance  du treizième arrondissement de Paris de  gagner  Bercy  d ’une seule traite (la passerelle est un pont suspendu conçu pour franchir la Seine, sans perturber le moins du monde le flux des cargos). 

Le promeneur est roi sur ces ondes de bois qui lui sont exclusivement destinées.

Dans les boucles de ce ruban, plusieurs voies s ’offrent à nous et mènent à des niveaux différents : vers les berges ou au-dessus de l ’eau ;  des  ascenseurs ont même été prévus pour en faciliter encore l ’accès
 

La nouvelle passerelle qui permet maintenant la rencontre de deux mondes riverains séparés, est désormais un endroit générateur de rencontres, de créations, de  piques-niques, navigation, croisières …

Jonque chînoise, « La dame de Canton » propose des dîners-spectacles aux enfants. Les adultes y  ont droit eux aussi à leur bar-restaurant

Dietmar Feichtinger a  conçu la passerelle Simone de Beauvoir vraisemblablement en hommage hommage aux prouesses modernes des ponts suspendus, avec un clin d ’oeil particulier à Eiffel :
 les établissements Eiffel en Alsace ont précisément été chargés de la fabrication de la « lentille » centrale (boucle du ruban) acheminée de façon spectaculaire par canaux, mers (du Nord et Manche), avant de franchir les très étroites écluses des fleuves … une gageure ! Elle atteint enfin sa destination et fit son entrée triomphale à paris un 30 novembre 2005. Deux heures suffisent pour sa mise en place un 29 janvier 2006 à trois heures du matin.
 Bertrand Delanoé, maire de Paris  a décidé de baptiser la nouvelle passerelle du nom de Simone de Beauvoir, peut-être en raison de l ’alliage de la grâce féminine suggérée par les formes de l ’ouvrage au modernisme de sa conception.  Sylvie Le Bon de Beauvoir, fille de l ’écrivain assiste à ses côtés à la cérémonie d ’inauguration qui a lieu le 13 juillet 2007 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.