La Place du Tertre était vide

 

 

 

 

06/03/2010 

Vide … et silencieuse.

Photo 6716

Les quincailleries aux « souvenirs » viennent de dérouler leur volets mécaniques, et les peintres qui d ’habitude se partagent les pavés se sont retirés. Il gèle et il n ’y a pas âme qui vive. Montmartre se retranche prudemment   des frimas.

Photo-6715.jpg

Deux « sinistrés » interrogent  l ’ardoise de la « Mère Catherine »  où les Cosaques toujours pressés ponctuaient leurs commandes d ’un « bistrot » sonore (« vite ! »). Après leur passage, nous nous sommes empressés de transformer l ’adverbe en substantif pour désigner ces lieux de convivialité que nous connaissons bien..

Photo 6714

Montmartre qui revendique toujours, à juste titre,  un statut particulier dans Paris s ’enorgueillit de posséder son propre syndicat d ’initiative qui  occupe les locaux de l ’ancienne « Commune Libre de Montmartre »; il est situé dans une petite maison villageoise, au coin de la place du Tertre et de la rue Norvins.

Photo 6723

« La Mère Catherine », « Chez Eugène », « La Bohème du Tertre »,  « le Cadet de Gascogne » (au toit de tuiles) et enfin « le Clairon des Chasseurs ». Les  cinq auberges de la place du Tertre sont  nommées…
En cette soirée particulière, certaines lanternes sont pourtant  restées  éclairées autour du centre de la place du Tertre qui accuse une vacuité insolite

Photo 6724

 Le Clairon a mis une sourdine. Nous devrons nous passer du traditionnel
chocolat chaud.
Les soirées habituelles sont peuplées de serveurs qui portent casquette « gapette » et foulards ; ils évoluent au milieu d ’une salle, toujours habitée par DjangoReinhardt, et dont les murs sont animés de fresques montmartroises , et s ’affairent autour des tables où les convives, amateurs de jazz manouche, demandent que soit joué, une fois encore, leur morceau préféré.

Photo 6717

Remous des foules,  interpellations des peintres (ils se connaissent tous), échappées de notes musicales se sont tues. Un silence religieux enveloppe  la place. Le silence me semble revêtir tout son sens, à l ’approche de l ’église abbatiale Saint Eleuthère et du couvent bénédictin des Abbesses.

Photo 6722

Avec retenue, nous nous acheminons doucement à la rencontre de l ’église dédiée à  Saint Eleuthère compagnon de Saint-Rustique et de Saint-Denis, premiers chrétiens martyrs.

Les fondations de l ’abbatiale qui se dresse devant nous, reposent précisément sur les restes d ’un certain  temple dédié à Mars ; c ’est le coeur de Montmartre, à l ’ombre du Sacré Coeur.


Montmartre : mont de Mars ou mont des Martyrs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.