L ’ancienne Salpêtrière : le bâtiment de la force -29/05/2011

 

 

 

 

Nous venons de franchir deux passages cochers en enfilade, laissant derrière nous la cour Mazarin, premier enclos à s ’être prêté au va et vient de pensionnaires recueillis de force plus souvent que de gré,

 

Entrée latérale- Chapelle St Louis

et longeons des espaces en damier verdoyants, délimités par des larges allées bordées de plates bandes multicolores

 

Chapelle Saint-Louis de la Pitié

Cour Mazarin, Cour Sainte Claire… Les tilleuls pacifient la souffrance des corps et des âmes

 

rue de l'hôpital général - Salpêtrière

Nous arpentons sous un soleil printanier une allée toute droite paisible rappel discret des tourments de  l ’Hôpital Général

 

 

Hôpital Salpêtrière - Bâtiment de la Force 2

 

A la coudée du chemin, l ’entrée  discrètement dessinée en ogive d ’un imposant bâtiment XVII ne signale au premier abord rien de particulier. Pourtant en s ’ en approchant de très près  on est saisi par la découverte d ’ une bien triste courette en quadrilatère : il ne s ’agit d ’autre que du redoutable Bâtiment de la Force, où étaient consignées les malades « incurables » et les criminelles « incorrigibles » du Petit Arsenal, certaines reclues étant sélectionnées pour être envoyées en déportation en Guyanne, au Québec ou aux Antilles.

 

Hôpital Salpêtrière - Bâtiment de la force 1

Construite en 168O sur trois cours, la Maison de la Force est une forteresse toujours occultée des regards

 

Hôpital Salpêtrière - Bâtiment de la Force 3

La forteresse sourit d ’un côté, celui que borde la douce inclinaison d ’une voie qui porte le nom d ’un certain « Monsieur Vincent », fervent défenseur en son temps, des démunis et des exclus

 

Hôpital de la Salpêtrière - panneau rue St Vincent de Pa

« Le peuple se meurt de faim, et il se damne »

pensait-il. De là à ce que le pouvoir qui, en ces temps là déjà,  maîtrisait l ’art de déformer les propos, n ’en arrive à conclure que la pauvreté  représentant un danger pour l ’ordre publique, il convenait de la circonscrire, le pas fut vite franchi. La mendicité devint un crime sévèrement réprimé par « les Archers de l ’hôpital »

 

Hôpital Salpêtrière - Pharmacie

Installée à l ’origine dans un ancien bâtiment de l ’arsenal, la nouvelle pharmacie fut restaurée à la faveur du « siècle des Lumières » : plus que de répression, on se préoccupa désormais à guérir les maux véritables du corps et de l ’ esprit.

 

Hôpital Salpêtrière - Bât de la Force 2

Mais le sombre versant de la Maison, amorce indubitablement un secteur marqué  sous le sceau du Grand Enfermement,

 

Loges des Archers - arrière - Hôpital Salpêtrière

 

comme en témoignent les quelques toutes premières loges

toujours présentes, souvent réaménagées à des fins thérapeutiques.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.