L ’ascenseur qui gratte le ciel

 

 

 

18/10/2010

Déterminés à percer les secrets de l ’ hautaine créature, nous nous laissons glisser dans son intimité 

 

Tour Eiffel - Niveau 1er étage. Roues et poulies de l'asce

 

Son corps entier  est animé par la parfaite intelligence de ses rouages. 

 

A l ’étage, deux grandes poulies règlent la circulation et tractent un cable sur lequel des cabines d ’ascenseur sont fixées.

 Au sous-sol leurs homologues, solidaires de deux pistons actionnés jusqu ’en 1986 par des accumulateurs d ’eau,  mettent  le système en motion. 

L ’ascenseur porté par un chariot équipé d ’un système de redressement qui lui permet de réaliser son parcours en restant à l ’horizontal, transporte inlassablement les admirateurs de la vieille Dame sur ses deux premiers niveaux.

 

 

Ancien accumulateur hydraulique servant de réservoir d'eau

 

Les accumulateurs d ’eau fabriqués par la Société Fives-Lille qui ont actionné le système hydrauliques des ascenseurs depuis 1899 sont bel et bien toujours présents…et actifs… Même si au cours des années 1980, des moteurs à huile haute pression permettant le mouvement des chariots porte-pistons  ont pris leur relais,  ils font encore aujourd ’hui office de contrepoids.

 

De travaux de rénovation en cours portant sur l ’ascenseur du pilier ouest vont désormais rendre possible l ’utilisation d ’une huile écologique

 

 

 

 

Une activité bouillonnante, et pourtant à peine perceptible.

 

 

Silhouette escalier et poutres - Tour Eiffel

 

L ’heure tourne à mesure que nous perdons de l ’altitude. Le bleu du ciel s ’intensifie et magnifie les détails de l ’oeuvre d ’art arachnéenne. Les poutres métalliques  prennent des postures élancées. Elles s ’entrecroisent et se découpent en ombres chînoises en se détachant sur un fond bleu très soutenu qui précède le crépuscule.

 

 

 

Tour Eiffel - escalier de sortie - pilier Est

  Parvenus sans incident à ras de sol, l ’occasion nous est laissée de parvenir peut-être à combler notre curiosité irrépressible et à découvrir la source du va-et-vient sidéral. Nous descendons encore quelques marches

 

Tour Eiffel - Rails de l'ascenseur et échelle d'entretien

 

en nous laissant toujours guider par le tracé rectiligne  de la machine.

 

 

Contrepoids des ascenseurs de la Tour Eiffel

 

Tout au fond de l ’excavation parait une corbeille à jouets garni de   gigantesques pions de couleurs vives

 

 

 

Tour Eiffel - contrepoids des ascenseurs

 

Les jouets deviennent téléscopîques en sortant  de leurs cavités respectives

 

Accumulateurs et contrepoids à la fois des ascenseurs hydr

 

Ils grandissent et envahissent bientôt l ’espace souterrain

 

 

Tour Eiffel - chariot d'un ascenseur

 

Alors que nous nous trouvons toujours frappés par l ’effet de la surprise, un curieux personnage descend du ciel sommairement assis sur un tabouret de service. Il manoeuvre avec application une imposante machine. Ses yeux sont rivés sur des commandes invisibles. Il porte la charge d ’une double cabine contenant quelques soixante voyageurs. Il semble tout entier absorbé par le poids d ’une énorme responsabilité.

 

 

Pourtant, sa présence  est discrete. L ’homme est un grand solitaire  méconnu. Il est factice ; son poste de travail c ’est le butoir de l ’ascenseur.

 

 

 

Tour Eiffel - Double cabine d'ascenseur

 

L ’impressionnante machine vient de se poser  avec la grâce d ’un oiseau au fond de la mine céleste. L ’homme est enfoui au sous-sol sous la machine. Au rez-de-chaussée, les  héros de l ’aventure encore abasourdis, souvent émus, s ’extraient du cocon métalique avant de se répandre sur la terre ferme, au dehors.. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.