Le métro à remonter le temps : les rames de bois (1900-1930)

La naissance du métro parisien, qui ne la connaît pas ?

Paris qui subit déjà à mi parcours du XIX siècle des encombrements de circulation, s ’inspirant d ’exemples imaginés à    New-York comme à Londres, entreprend d ’imaginer à son tour, un transport alternatif et souterrain.

En 1898, le projet de chemin de fer électrique de Fulgence Bienvenue est adopté, après bien des tergiversations, et le    Chemin de Fer Métropolitain peut voir le jour.

Photo-4428

Dès 1900,  deux compagnies gérées par la CMP, premier exploitant du métropolitain, Est-Ouest et Nord-Sud, produisent    des rames de bois à essieux qui s ’inspirent  du tramway et autres trolleybus utilisés en surface. Ce nouveau moyen de transport souterrain attire rapidement des nombreux voyageurs    séduits par le gain de temps

En dix ans, les lignes de chemin de fer souterrain se multiplient passant à dix.

Rame de bois, métro parisien, filet porte bagage

Un grand soin semble avoir été apporté au confort et à l ’agrément des voyageurs : oculus et lampes électriques diffusent    une lumière douce et baignent les usagers dans un halo presque intimiste.

Photo-4448

Frein de secours, signal d ’alarme, tout semble avoir été prévu pour assurer la sécurité des voyageurs, et    pourtant…

1903 : Le mémorable incendie de la station Couronnes (reliant Porte Dauphine- Nation, que nous connaissons aujourd ’hui    comme la ligne 2)  : un court-circuit se produit sur une rame à la Station Barbès. Le feu est maîtrisé et la rame poussée, vide de voyageurs, par un train qui la suit jusqu ’à la station    Ménilmontant.  La rame qui la précède, chargée de 300 voyageurs vient de parvenir, sans incident, à la station Couronnes, Toutefois,  le conducteur averti de la reprise du feu à la    station précédente, invite les passagers à sortir de la rame et ne redémarre pas.

Un usager ignorant les causes du retard, revendique avec alacrité un remboursement du ticket de    transport, ralentissant ainsi l ’évacuation des autres voyageurs … tandis que la fumée s ’engouffre et envahit bientôt le tunnel qui relie les stations Ménilmontant et Couronnes, semant    panique et confusion dans l ’esprit des usagers qui suivent le sens de la fumée en croyant gagner le sortie. Les pompiers déplorent  84 victimes décédées par asphyxie.

Cette tragédie incite à revoir la sécurité des circuits électriques jusqu ’alors entièrement concentrés sous les planchers    des rames, à veiller à l ’amélioration de l ’éclairage des stations, et à l ’installation de panneaux lumineux de sortie.

Photo-4437

Le drame de la station Couronnes, entraîne également l ’abandon des trains de bois courts  à    essieux par des  rames métalliques plus longues, montées sur des  des bogies, et comptant quatre ouvertures.

Photo-4435

Les planchers des rames incendiées sont récupérés et désormais transformés en plates-formes    utilisées pour l ’entretien des voies

Photo-4472

Quarante années durant la CMP assure sans autre incident de bons et loyaux services, avant d ’être reprise par la Régie    Autonome des Transports Parisiens (R.A.T.P). Toutefois,  les sigles CMP resteront encore longtemps présents au dos des banquettes et sur les placages émaillés des portières

Fermeture de porte - Sprague Thomson

 

link  :  Chanson   « Le trou de mon quai » : une trouvaille dénichée par notre amie    Sitelle ( link )

2 thoughts on “Le métro à remonter le temps : les rames de bois (1900-1930)

  1. Renters ought to review their rental agreement carefully before signing this kind of document. The rental agreement is really a legally binding document which needs to be given proper consideration before accepting the agreement. This is important because understanding these terms is going to be essential if the have to break the lease becomes a reality.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.