Le Nouvel Hôpital de la Pitié -13/06/2011

 

 

Le tunnel percé dans la muraille mène dans un retrait mystérieux délimité par deux hautes parois incrustées de mousse qui aboutissent dans une cour minuscule, laquelle dessert le sous-sol d ’une bâtiment de brique, bâti de toute évidence sur deux niveaux. Il est possible de s ’échapper de l ’impasse en empruntant quelques marches  qui donnent accès à une passerelle

 

Passage de la Salpêtrière à la Nouvelle Pitié

Les événements de la Révolution n ’ont pas épargné les quartiers le plus relégués du pays (les recluses enchaînées ont été massacrées, la Chapelle Saint Louis réquisitionnée pour entreposer le blé).

l ’Assemblée Constituante demande à Paris de gérer l ’hôpital qui fonctionne jusqu ’alors sur un déficit chronique, que la vente des produits fabriqués par les recluses ne parvient pas à combler.

Le Docteur Pinel  libère les « hystériques » de leurs chaînes et de leurs entraves : la folie ne doit plus être considérée comme une délit, mais comme une pathologie qu ’il convient de soigner.

De  nombreux hôpitaux devenus insalubres, dont celui de La Pitié, située à l’emplacement actuelle de la Mosquée de Paris,  sont rasés. Les pensionnaires de l ’ancienne Pitié sont relogées dans les locaux modernisés de la Salpêtrière, les femmes de petite vertue sont quant à elles, transférées à la prison Saint-Lazare.

 

Allée de Pavillons - La Nouvelle Pitié

10 janvier 1849 : L ’Assistance publique de Paris est officiellement instituée pour porter secours aux enfants trouvés, aux malades et aux vieillards démunis.

 

En 1911, la « Nouvelle Pitié » inaugurée par le Président Poincaré ouvre ses portes. Reconstruite aux confins de l ’enceinte de la Salpêtrière, elle est conçue comme une cité jardin pavillonnaire. La médecine se spécialise, et des pavillons  destinés au traitement de différentes pathologies ont été pensés (maternité, troubles cardio-vasculaires, neurologiques, maladies de la moelle épinière, urgences dentaires) et placés sous la direction attentive d ’éminents professeurs.

 

Pavillon de brique ocre - La Nouvelle Pitié

L ’architecte Justin Rocher a imaginé des jeux chromatiques de briques ocres, grise et bleues, et des pavillons en forme de lettres tous reliés entre eux par des couloirs souterrains.

 

Paçade pavillon ocre et stores bleus- Nouvelle Pitié

Un hommage particulier est rendu à François de la Rochefoucauld, duc de Liancourt, et natif de la Roche-Guyon dans l ’Oise.

Philanthrope et scientifique dans l ’âme, il s ’enthousiasme en son temps pour le progrès et cherche à promouvoir et à faciliter la transmission des sciences et des techniques :  il crée une ferme modèle sur ses terres, avant de fonder plus tard la célèbre Ecole des Arts et Métiers. C ’est à lui que nous devons en outre la première Caisse d ’Epargne.

L ’histoire le rend particulièrement célèbre par la réplique qu ’il donne au roi un matin de juillet 1789 alors qu ’il lui fait part des mouvements populaires :

-Est-ce une révolte ?

-Non, Sir, c ’est une révolution.

 

Elu membre de l ’Assemblée Constituante, il ne parvient pas à obtenir l ’abolition de l ’esclavage, mais présente des rapports qu ’il a établis et qui concernent la mendicité et l ’état des hôpitaux…

 

Horloge bâtiment fond de la Nouvelle Pitié

L ’heure est au renouveau.

Décrochement pavillon Nouvelle Pitié

Grandes salles étagées, baies largement ouvertes permettent un éclairage et une aération optimum

Baies vitrées en espalier Nouvelle Pitié

 

La Nouvelle Pitié - wagonnets poucelles circulant entre le

Aujourd ’hui, la « Ville » respire au rythme des arrivées et des départs. Le service de propreté y est assuré avec un pragmatisme tout à fait adapté : les poubelles accrochées les unes aux autres comme des wagonnets se déplacent librement et en silence et décrivent des farandoles en contournant lestement les pavillons

Rangées pavillonnaires La Nouvelle Pitié

En 1968, l ’ancien hôpital de la Salpêtrière et la Nouvelle Pitié se regroupent pour ne plus former qu ’un seul complexe hospitalier

Rangée de fenêtres Nouvelle Pitié

L ’hôpital  s ’est doté à la faveur des dernières décennies de bâtiments contemporains dont le centre d ’études universitaires et un tout nouveau immeuble de verre et d ’acier dédié à la cardiologie.

 

Mais je me contente de longer les murs de brique que viennent adoucir les ombrages dentelés d ’arbres centenaires, où les hautes fenêtres, rangées comme des soldats se parent par intermittence de coquets stores bleus, régularité absolue qu ’interrompent avec discrétion des portes toujours mystérieuses : certaines d ’entre elles restent résolument closes tandis que d ’autres, des passages largement ouverts, donnent librement accès ailleurs…

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.