Les jardins des Champs-Elysées : côté nord (1) -11/11/2010

 

 

 

 

  A l ’origine, Marie de Médicis est la première en 1616, à porter quelque attention au lieu dit « Champs Elysées », un quartier inhabité et marécageux.

 

Bassin jardins des Champs-Elmysées - automne

 

En 1670,   Louis XIV charge  l ’architecte paysager Le Nôtre d ’aménager des jardins dans la perspective du Palais des Tuileries (détruit depuis lors, et entouré du jardin que nous connaissons).

 

 

Jardins des Champs-Elysées en automne

 

Le Nôtre s ’exécute, et trace une allée de près d ’un kilomètre, bordée d ’ormes et de vastes étendues de gazon vert,  qu ’on appelle successivement, cour du Roule, avenue du palais des Tuileries, puis Champs-Elysées.

 

Au XVIII, Jean-Jacques Rousseau se plait à évoquer les parties de chasse

 sur les Champs-Elysées…

 

Louis XV vient d ’annexer l ’ancien village du Roule aux Faubourgs de Paris.

 

 En 1722, il fait prolonger le cour du Roule jusqu ’au fait de la colline

 (à l’emplacement actuel de la place de l ’Etoile)

 

 

En 1770, le Marquis de Marigny directeur général des Bâtiments du Roi, Arts, Jardins et Manufactures, fait raser  la montagne du Roule,  ouvrir les actuelles avenues de Marigny, Matignon et Montaigne avant de faire élargir l ’avenue et de la prolonger jusqu ’à Neuilly-sur-Seine.

 

Jardins des Champs-Elysées - 10 novembre

 

Malgré ces aménagements, en dépit de la vigilance des Gardes Suisses chargés de la sécurité des lieux, les Champs-Elysées gardent mauvaise réputation. Des guinguettes y prennent place mais ne sont fréquentées que par un monde de mauvais garçons, et de prostituées. Le public hésite à se rendre aux représentations du Vauxhall (sur le Rond-Point des Champs-Elysées)…

 

Les événements de la Révolution donnent aux Champs-Elysées leur popularité : c ’est la voie qu’empruntent les « mégères » pour ramener le couple royal de Versailles à Paris, c ’est encore par ce chemin que le roi et la reine furent ramenés de leur fuite à Varennes.

 

Sous le Directoire, on s ’efforce  d ’assainir les lieux :  caves et souterrains sont comblés.  Des cafés élégants remplacent les anciens bouges. On murmure  que Jean-Jacques Rousseau aurait dessiné les plans du café des Amabssadeurs, (l ’actuel Espace Cardin). On aime désormais s ’y promener, et y organiser des pèlerinages pour respirer l ’air de la campagne à l ’Abbaye de  Longchamp

 

Au XIX, Louis XVIII fait percer de nouvelles Avenues, construire les premiers trottoirs. Sous la direction de Rambuteau alors préfet de Paris, Jacques Hittorff redessine des jardins à l ’anglaise, fait placer des fontaines …

 

Jardin des Champs-Elysées - fontaine devant le restaurant

 

La fontaine  des quatre saisons, oeuvre du sculpteur Jean-Auguste Barre, élève de Cortot, est également appelée  fontaine du cirque…

 

 

Fontaine - jardin des Champs-Elysées - automne

 

son socle est entouré de quatre enfants qui représentent les quatre saisons…

 

Hittorff a fait construire un cirque d ’été ;  l ’acoustique y est si bonne que Berlioz l ’a élu pour y donner ses concerts. Le cirque connaît son apogée en 1880, mais  peu à peu délaissé, il est détruit en 1900. 

 

Pavillon de l'Elysées - Le Notre

 

 Grâce aux travaux de Hittorff, et d ’Alphand sous Napoléon III, les Champs-Elysées sont devenus un endroit à la mode à la veille de l ’exposition universelle de 1855.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.