Les jardins des Champs-Elysées : côté nord (2) -13/11/2010

 

 Nous avons été tentés de nous retirer sur le côté des jardins et de fouler le tapis de feuilles mortes qui se recroquevillaient en s ’ ensevelissant doucement dans la terre .

 

Automne sur les Champs-Elysées - perspective sur l'Arc de

 

Depuis l ’Arc de Triomphe, au fait de l ’ancienne montagne du Roule, deux rangées parallèles de drapeaux bleu-blanc-rouge suspendus aux ormes,  longent les Champs-Elysées d ’un bout à  l ’autre. Les   feuillages s’embrasent   en cette veille de Onze Novembre.

 

Grilles du palais de l'Elysée

 

Nous avons louvoyé en contournant le pavillon de l ’Elysée et nous sommes trouvés dans l ’axe d ’un portail monumental (dont les venteaux figurent des d ’ailes), gardée par des gendarmes, tandis que les service de la propreté s ’affairent à lui garder une netteté irréprochable. La grille  s ’ouvre et nous laisse entrevoir un instant, un décor  qui ne nous est  pas tout à fait inconnu.

 

 Nous venons  d ’approcher  l ’entrée du coq qui donne dans les jardins du Palais de l ’Elysée.

 

 L ’entrée principale se trouve rue du Faubourg St Honoré, une modeste route de campagne menant au village du Roule lorsque le premier résident, Louis Henri de la Tour d ’Auvergne, Comte d ’Evreux rachete les terrains et fait construire sa demeure en 1718, sous la direction de l ’architecte Armand Claude Mollet .

 

 

Coq d'or grilles du Palais de l'Elysée

 

  1753 : le roi Louis XV rachète l ’hôtel d ’Evreux  pour y loger la Pompadour qui y fait entreprendre de dispendieux travaux d’embellissement. A sa mort, en 1773 le banquier Beaujon rachète la demeure et la revend  à Louis XVI. Sa nièce Bathilde de Bourbon rachète l ’Hôtel d ’Evreux au roi. Fille du duc d ’Orléans et soeur de Philippe Egalité, cette femme excentrique qui se livre à des expériences de sciences occultes, se déclare Républicaine aux lendemains de la révolution et fait don de l ’hôtel à l ’Etat.

 

L ’hôtel d ’Evreux devenu »Palais de l ’Elysée » en raison de sa proximité avec les Champs-Elysées est habité par l ’impératrice Joséphine, la première femme de Napoléon Ier. Ce dernier y signe la deuxième abdication de la France en 1815, après la défaite de Waterloo.  

 

1848 – l ’assemblée nationale décrète le palais de l ’Elysée  résidence du président de la République. Mac Mahon, élu en 1873, est le premier d ’une longue lignée de présidents de la République à s ’y installer. 

 

 

Pavillon de l'Elysées - Le Notre

 

Construit en 1886 dans les Jardins des Champs Elysées (qui abrite le restaurant de Le Nôtre) dans le prolongement du portail du Palais de l ’Elysée, le pavillon de l ’Elysée  est conçu selon l ’engouement d ’alors pour l ’époque Louis XVI.

 

 

Jardins des Champs Elysées - fontaine, parterre de fleurs

 

Nous abordons une partie des jardins appelée  « Carré Marigny ».

 

Le terrain appartient à un riche collectionneur de timbres . Celui-ci décide d ’en faire don à la Ville de Paris si elle s ’engage  à accueillir la Bourse du Timbre : les premiers timbres sont sortis dans les années 1840.  Les étudiants qui se prennent d ’engouement pour ce nouveau dada et se constituent des collections, se réunissent dans les jardins du Palais Royal pour y organiser la première Bourse aux timbres. C ’est un succès, mais cet échange de timbres ayant donné lieu à des désordres, les collectionneurs  de timbres  pourchassés doivent trouver un nouveau lieu de rassemblement..

 

Un marché aux timbres de plein air se tient depuis lors sur l ’avenue Gabriel, toujours en activité les week end et jours de fête.

 

 La Fontaine dite de la grille du Coq (elle aussi conçue par Hittorff)

 annonce les abords du théâtre Marigny.

 

 

 

Façade théâtre Marigny

 

Les origines de l ’actuel théâtre Marigny reposent sur l ’activité d ’un physicien prestidigitateur qui s ’adonne à des présentations de « salons de curiosités » très appréciées  aux lendemains de la Révolution de 1848 ; à tel point  que la construction d ’une petite salle, le « Salon de l ’Enfer » doit être envisagée

 

 Offenbach y fait réaliser quelques travaux et ouvre les « Bouffes du Nord » pour l ’Exposition universelle de 1855 qui assure la renommée de l ’endroit.

 

 Céleste Mogador reprend ensuite le bail…  

 

Arrière théâtre Marigny

 

La salle des » Folies Marigny » est détruite en 1861 et remplacée par un « panorama », genre architectural très apprécié à l ’époque, parce qu ’il offre la possibilité d ’admirer  huit tableaux de vues de Paris à la fois dans un espace hexagonal.

 

Au début du XX, La salle est reprise et transformée par Edouard Niermens qui lui ajoute une rotonde. Des productions à succès s ’y jouent.

 

Aux lendemains de la deuxième guerre mondiale, Simone Volterra crée la compagnie Renaud Barrault en recrutant d ’anciens membres de la Comédie française. Jean Louis Barralt fait construire une seconde salle, de dimensions plus modestes : « le petit Marigny ».

 

La trace d ’Elvire Popesco, directrice du théâtre dans les années soixante et soixante dix est toujours très présente

 

 

 

Théâtre de Guignol dans les feuilles - Jardin des Champs-

 

Les couleurs chatoyantes d ’un castelet attirent notre regard.

  Au creux de ces  taillis, je retrouve 

 

Entrée du Guignol - jardin des Champs-Elysées

 

Guignol…. ce natif de Lyon a dès le début du XIX investi   les Champs-Elysées où une demie douzaines de petits théâtres représentaient ses péripéties. De tous ceux là, un seul a survécu …  

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.