Métro « Blanche » et Moulin Rouge

 

 

 

07/12/2010

 Nous nous y étions laissés prendre …

 

Sortie du métro Blanche sous la neige

 

Il  a bien fallu quitter cet abri. Au dehors, il est à peine midi ; pourtant l ’obscurité du monde extérieur fait déjà contraste avec l ’abondante luminosité artificielle diffusée au dedans. A mesure que nous nous élevons vers « Blanche », nous sommes assaillis par une nuée de météorites cotonneux  

 

 

 

 

Moulin rouge sous la neige +

 

  Le Moulin rouge engourdi parait progressivement se coiffer d ’un dôme transparent.

 

La neige a recouvert d ’un voile de sommeil le pied de la butte Montmartre, ou quelques piétons somnambules évoluent comme perdus dans les capitons des nuages.

 

 

Moulin rouge vue de la rue Fontaine - neige

 

Nous nous sommes engagés dans une rue où Toulouse Lautrec, Degas, Pissaro et d ’autres voisinaient à l ’ombre du Chat Noir.

 

La rue réfère à un certain Pierre-François Léonard Fontaine ; dès l ’Ancien Régime, Fontaine entame sa carrière de  décorateur sur les barrières d ’octroi des murs des fermiers généraux de Ledoux . Réfugié à Londres pendant la Révolution,  il parvient à  gagner sous Napoléon I, avec son fidèle comparse Percier, le concours d ’architecture pour l ’édification  du Carrousel du Louvre.

 

 

Caroussel de Paris et studio d'André Breton - sous la neig

 

Abrités derrière la vitre d ’un premier étage, nous assistons au spectacle de la rue en contrebas. Sur le trottoir d ’en face, tels des champignons dans un sous bois, les parapluies s ’agglomèrent sous un ciel plombé devant l ’entrée d ’un cabaret qui jouxte le studio d ’André Breton.

 

Le cabaret porte fort à propos le nom de Carrousel…de Paris 

 

 

 

Edicule Guimard - Métro Blanche - sous la neige

 

 

La neige a recouvert Blanche  où piété et pêché sont intimement mêlés,

et où depuis longtemps déjà, farine et plâtre ont  tracé  leurs sillages

 

 

Boulevard de Clichy sou la neige - kiosque à journaux

 

Tel une fleur tardive qui se glorifie de  tenir tête aux rudesses de la morte saison, un parapluie jaune et blanc illumine les gros titres. Prétendrait-il opposer à leurs sinistres présages, l ’insouciance primesautière des flocons ?

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.