La Tour Eiffel de nuit

 

Ce n ’est pas l ’ étoile du berger qui perce le voile nuageux du soir, mais le halo éblouissant d ’un modeste réverbère

Le soir s ’est posé sur la  spacieuse avenue de Suffren, dans un quartier élégant de Paris, délimité d ’un côté par l ’ancien village de Grenelle, de l ’autre par le quartier des Universités, les Invalides, l ’Ecole Militaire reliée à l ’UNESCO par  le Champs de Mars, vaste tapis  qui se déroule au pied de la Tour Eiffel.

Par endroits, la distinction sacrifie discrètement aux exigences du Tourisme :  des petites échoppes d ’articles de Paris, animées, de jour, par des tenanciers chinois  qui débitent à l ’envie, des kilos de nougat et  de tours Eiffel en miniature, se sont immiscées parmi les immeubles haussmanniens. Elles végètent maintenant dans la pénombre  Leurs rideaux métalliques baissés laissent la voie d ’autant plus sévère et silencieuse. J ’abandonne sans regret les quelques spécimens de  mobilier urbain que j ’ai croisés et dont l ’ombre parvient à peine à se distinguer de la nuit noire.

 

Nous venons de retrouver le Quai de Grenelle qui borde les eaux scintillantes et colorées de la Seine. La Tour Eiffel qui a déjà revêtu sa tenue d ’apparat surgit de l ’obscurité et apporte aux visiteurs de nuit, le réconfort de ses lueurs de miel

 

Au pied de la Dame de Fer, brillant comme un diamant, un nouveau carrousel écologique : Enfants et parents sont invités à pédaler de conserve sur des chevaux très spéciaux

Le chapiteau garni de panneaux photovoltaïques virevolte comme une fleur géante et déploie  plumes et flonflons : de simples lampes LED fabriquées en Chine…

L ’utilisation de l ’énergie renouvelable pour opérer un manège de chevaux de bois, c ’était une idée du forain Marcel Campion.

Le Carrousel Montgolfière, coiffé d ’une nacelle, est  doté d ’un ascenseur panoramique qui élève les passagers à une hauteur de douze mètres. 

 

Ecologie avant tout…mais que penser du principe de chevaux harnachés de pédales et de chaînes, tractés à l ’énergie humaine…

Quatre chevaux fougueux encadrent le Pont d ’Iéna (anciennement « Pont du Champs de Mars »). Le Pont d ’Iéna, ainsi nommé pour célébrer la victoire de Napoléon sur la Prusse à Iéna (1806), reliait  la Tour Eiffel au Palais du Trocadéro (Palais de Chaillot), dans le prolongement du Champs de Mars.offrant  Une perspective continue.

 

Les  lampadaires soulignent le pont d ’Iéna et traversent la Tour Eiffel pour mieux mettre en valeur, de nuit comme de jour la perspective des grandes réalisations napoléoniennes.

Du quai Branly, siège de la Tour Eiffel sur la  rive gauche, nous venons de gagner la Place de Varsovie, sur la rive droite de la Seine et nous préparons à »attaquer » la colline de Chaillot en direction du Trocadéro 

Place de Varsovie, en bas des jardins du Palais de Chaillot un second manège, réplique du carrousel de la Tour Eiffel resplendit sous les confetti de lumière.

J ’ai gravi les degrés du jardin, mal éclairé et peu animé pendant la saison morte  et gagné l ’esplanade du Trocadéro, rebaptisée depuis 1985 Parvis des Droits de l ’Homme.

« Du haut de mon balcon », je prends plaisir à contempler ces splendeurs…