Pas perdus autour des gares du Nord et de l ’Est -05/07/2009

Nous venons de traverser rapidement  l ’ ancien « enclos Saint-Laurent » pour gagner le Gare de l ’Est,  toute proche de la Gare du Nord. Leur irruption a bouleversé le quartier  et lui a conféré cette  vocation de  transit  que nous lui connaissons aujourd ’hui : rencontre fortuite de milliers d ’individus d ’origines et de destinations diverses,  déploiement d ’activités commerciales… brassage  cosmopolite, passages perpétuels…

Un escalier monumental qui jouxte les quais de la gare, permet à la rue d ’Alsace   située en quinconce entre ici et là bas, d ’échapper aux flux migratoires.


Petite rue calme et modeste, tel un mirador suspendu au-dessus du réseau ferré de la Gare de l ’Est …

Les riverains poursuivent leur petit bonhomme de chemin,  tout en observant,  du haut de leur  » terrasse », les tribulations du Chemin de Fer

 Quais et voies ferrées rectilignes tels des vagues  sur une mer tranquille… au loin, on peut imaginer les toits en créneaux d ’étranges forteresses

Cette ancienne maison désaffectée, perdue au milieu d ’immeubles bien plus élevés qu ’elle, m ’attendrie un instant.
Sa présence marque  un  Y : à gauche commence la rue de l ’Aqueduc, tandis que la rue Lafayette poursuit sa course vers la droite.

Les artistes de la rue se saisissent de ce qui passe et rendent hommage à la précarité de l ’existence.


pour mieux clamer un hymne à la ville et à la vie

La rue appartient à tout le monde, cette porte reste entrouverte au possible : rencontres, découvertes,  révélations, transfigurations…

Le travail de ferronnerie offre aux regard un tableau harmonieux sur fond gris et blanc

Le rue Lafayette, célèbre « parce qu ’elle mène aux Galeries Lafayette », est une longue voie de plus de deux kilomètres, aux activité commerciales denses et variées, qui relie le Boulevard Haussmann et enjambe un  inextricable réseau de voies ferrées enlaçant Gare du Nord et Gare de l ’Est voisines l ’une de l ’autre pour rejoindre le quartier de « la Chapelle ».

Nous posons nos pas en pointillés sur le tablier de ce pont de béton armé, construit en 1928 par Albert Caquot, pour découvrir la face cachée de notre « forteresse »   ces bâtiments de bureaux et d ’entrepôts fraîchement repeints se révèlent à nous éblouissants sous le soleil.

Passage en sens inverse. Le  Pont Caquot apparaît maintenant encadré par les treillis métalliques et boulonnés du pont de la rue de L ’Aqueduc

La rue de L ’Aqueduc a été construite à l’emplacement  d ’un ancien aqueduc qui tirait ses eaux du Canal de l ’Ourcq. Elle survole d ’inextricables lacis des voies ferrées,  toile d ’une géante araignée spatiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.