Pistol : retour à la maison

Home sweet home !

 

La maîtresse est venu me délivrer de l ’enfer des odeurs malades et des manipulations acrobatiques des manitous

.

Sitôt la note réglée, nous avons pris congé de nos hôtes. Mon fauteuil roulant m ’attendait. Je n ’ai pas voulu rater ma sortie et n ’ai pas manqué de pincer la serre de Grand Sorcier qui nous a reconduits à la porte..

 

Les conditions de mon retour étaient réunies (ou presque toutes…) Le soleil avait remplacé l ’averse orageuse qui s ’était abattue quelques minutes auparavant.

La balade a été agréable quoi que différente de toutes  celles que nous avons connues, Elle et moi . Du haut de mon  char à l ’assaut du monde, d ’ordinaire réservé aux petits enfants humains, mes deux oreilles passaient et me yeux  rivés chaque seconde sur les siens, ne l ’ont pas quittée. Notre regard sur le monde a changé d ’un seul coup et nous avons pu lire les leurs, surpris, émus, apitoyés, amusés mais jamais hostiles – pas encore.

 

Maîtresse a dénoué mes liens. Je me suis élancé, comme j ’ai pu, en direction de mon coussin, de mes chères odeurs retrouvées. Mes co-locataires m ’attendaient, émus et un peu intimidés. Et j ’ai pris place !

 

 

Bouledogue paralysé

 

 

Elle m ’a tendu une grande gamelle d ’eau bien fraîche que j ’ai vidée d ’un trait (ça, c ’est la Cortisone !). J ’ai ensuite repoussé mes croquettes avec dégoût : un peu fatigué sans doute … Elle me les a présentées, une par une, l ’une après l ’autre…Je les ai acceptées de sa main avec volupté. J ’ai lancé un coup d ’oeil vers le fauteuil, mais mes pattes de grenouille sont restées sourdes à mon appel. Je me suis assoupi un peu pour ne pas trop penser….

 

 

Bouledogue paralysé

 

Elle est gentille, attentionnée, mais me voilà cloué pour de bon. Je n ’ai plus mal ou juste un peu, mais je me prends à pleurer… Il m ’est difficile de me rendre à l ’évidence. Les docteurs doutent que je ne marcherai jamais comme avant…Maîtresse me comble de caresses, de mots gentils, d ’encouragements…

 

Elle pris rendez-vous avec un acupuncteur, a commandé pour moi un déambulatoire (semblable en tous points celui de l ’hôpital). Elle  me promet une nouvelle vie, pas tout à fait comme celle d ’ avant, mais avec du fun et … encore plus d ’amour.

 

 

 Les balades de Pistol ne sont pas terminées ; elles seront seulement différentes.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.