Promenade du matin à Ménilmontant

En descendant la rue de Tlemcen, on retrouve des vestiges des temps où le quartier,  une bourgade d ’artisans et de commerçants, était encore « la campagne » où les gens aisés se plaisaient à contempler Paris, sur les hauteurs des villages de Belleville et de Ménilmontant.


Aujourd ’hui, le quartier garde son caractère populaire, malgré l ’arrivée de « bobos » .

Par beau temps, les touristes affluent autour du cimetière du Père-Lachaise. Ils apportent un vent d ’ailleurs et s ’arrêtent souvent sur notre passage pour admirer Pistol,  un gentil bouledogue si couleur locale…

Les Taxiphones bourgeonnent, cordon ombilical avec le Magreb et le Moyen Orient


Les « premiers secours » se trouvent sous la main. Anthony, le Docteur Informatique est  astreinte


Le boulevard de Ménilmontant s ’articule en cette petite place ombragée, qui brasse toutes les populations du quartier. En arrière plan, on ne manque pas de remarquer la célèbre « banane » , une trouvaille du Corbusier


Cette boutique « Beurre-Oeufs-Fromage » est tenue par une patronne amie des chiens. « Ménilmontoise » de souche (elle est née à l ’hôpital Tenon, m ’a-t-elle précisé avec fierté), elle a largement dépassé l ’âge de la retraite


Nous avons contourné la  place par la droite. Les larges trottoirs ombragés de l ’avenue Gambetta (qui plus en altitude forme une coudée entourant le cimetière du Père Lachaise) se prêtent à la promenade…Les rencontres sont aisées.

Une variété enivrante  d ’odeurs et de couleurs…

Que dirais-tu d ’un  week-end  à la campagne, Zoe ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.