Quai de Grenelle. Le nez du paquebot « France » -29/08/2009

Nous venons de quitter l ’Allée aux Cygnes en prenant sur notre gauche un tronçon du Pont de Grenelle, et décidons de jeter un coup d ’oeil (rapide) sur l ’envers du beau décor qui nous a menés jusqu ’à ce point.  La vie reprend bourdonnante, sur ce quai de Grenelle qui rappelle l' »Autoroute du Soleil ».

Nous procédons sur les bas-côtés, prudents, discrets, curieux de connaître le fin fond d ’un fouillis d ’herbes dorées, en suivant le tracé des rails de l ’ancienne « Petite Ceinture » désaffectée et remise en service pour relier d ’Ouest en Est Versailles à la Bibliothèque François Mitterrand.


Nous tentons de rattraper ce « petit bras » du Pont  Rouelle, qui après avoir sautillé sur  trois travées depuis l ’Ile aux Cygnes, vient d ’atteindre la rive du quai de Grenelle. Nous allons atteindre l ’endroit où se réunissent de nouveau depuis quelques années toutes les voies  de deux lignes ferroviaires longtemps abandonnées

De la berge, nous retrouvons, comme promis, le Pont Rouelle qui attend quelque banal  passage du  RER C, mais la vision qui s ’offre à nous parait hallucinant

Franchissement d ’un petit pont ferroviaire,  désert et embroussaillé,  traversant en surplomb deux rangées de rails ceints de  murailles couvertes de graffitis. Et nous aboutissons par hasard dans un endroit  qui évoque un certain prestige.


« Ne m ’appelez plus jamais France »! 

  Encore un peu abasourdis par cette rencontre, nous reprenons le quai où la nature semble s ’animer d ’une volonté d ’honorer la présence d ’une dépouille célèbre.

Après la vie, la vie …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.