Rue Cortot : Le coeur de Montmartre menacé !

 

 

12/03/2010

Rencontre incongrue de Saint Denis et de Jean Pierre Cortot (1787-1803). au coin de deux petites rues paisibles

Adepte fidèle d ’ un style néo-classique austère, Cortot est passé à la postérité grâce à de colossales sculptures de marbre « Narcisse Couchée » et « Pandore », mais surtout par son « Soldat de marathon annonçant la victoire »… des oeuvres souvent commanditées. Il expose au Salon de Paris jusqu ’en  1842. On trouve sur l ’Arc de Triomphe de l ’Etoile, un bas relief représentant… « le Triomphe » de Napoléon I, qu ’il avait été chargé d ’exécuter.

Photo 7037

L ’évocation de Cortot, sculpteur « monumental »  ne semble pas correspondre à l ’image de  la petite rue étroite et charmante qui s ’ouvre à nous.

Ici, plus que nul part ailleurs, Montmartre c ’est encore la campagne, avec ses porches d ’anciennes demeures rurales, ses  persiennes, ses petites rues pavées, son calme, ses retraites  intimes, ses vignes.

Photo 7039

Façades blanches ou repose la vigne vierge,

 

Photo 7036
Perspective ludique d ’un perron du n°6, émotion ressentie devant des marches foulées par Eric Satie,

Photo 7040

Balustrades de terrasses, portes et fenêtres patinées, demeures du XVII siècle, on ne fait que passer.

Photo 7041

Entrées de fermes, arquées et généreuses qui rappellent la vie champêtre encore toute proche . Les croisées sont closes. Le village pénétré de froid semble hiberner, de concert avec la nature toute proche.

Photo 7042

Au n° 12 de la rue Cortot,dans la plus ancienne demeure de la butte, Montmartre a son musée.

D ’abord résidence de villégiature du comédien Claude de la Rose, dit Rosimond, ami de Molière, la maison est transformée au XIX siècle en ateliers d ’artistes fréquentés par Suzanne Valadon, par son fils Utrillo, par Raoul Dufy, et par d ’autres… Pierre Auguste Renoir, qui partage son temps entre le Moulin de la Galette et le 12 rue Cortot où il a élu domicile,  y laisse un souvenir impérissable

renoir-auguste-23
Photo volée d ’une reproduction  du « jardin sauvage » par Pierre-Auguste Renoir

En 1960, La Ville de Paris qui a racheté la demeure des peintres, décide de la transformer en musée et y installe la Société d ’Histoire et d ’Archéologie du Vieux Montmartre.

 La Société du Vieux Montmartre (créée en 1886 par des artistes bénévoles et reconnue d ’utilité publique), locataire de la Ville de Paris gère avec soin le Musée  et en programme les activités.


Le Musée de Montmartre va bien. Il  reçoit en 2003 le label « Musée de France » et a attiré en 2009 plus de 5 0.000 visiteurs. Seulement voilà  …

Photo 7045

Le musée de Montmartre, à mi chemin de la discrète rue Cortot traverse une mauvaise passe. A la veille de son cinquantième anniversaire, la Mairie de Paris vient de faire volte-face en supprimant sans préavis, toutes les subventions qui lui étaient jusqu ’à présent attribuées. L ’ existence du musée est menacée.

Photo 7048

Le Musée de Montmartre blotti entre deux jardins va mourir, et à la suggestion de la Mairie de Paris, ses collections qui comptent environ 60.000 oeuvres d ’art, et retracent l ’histoire et la vie de Montmartre risquent d ’être dispersées.
Le Vieux village risque de perdre un morceau de son coeur…

Photo 7046

Aristide Bruant logeait tout en bas, dans la maison qui fait l ’angle
avec  la rue des Saules.

rue Cortot vers la rue des Saules
A coin de la rue des Saules, peinte avec amour  par Cézanne et Utrillo, les anciens reprennent la parole :

C ’est dans le jardin d ’Arisitde Bruant,  que les premiers défenseurs de l ’authenticité et de la beauté du village plantèrent un jardin ephémère pour contrer la mainmise de la Capitale sur le village qu ’elle s ’était désormais annexé, Ils luttèrent pied à pied pour repousser  les forfaits menaçants de promoteurs immobiliers déjà redoutables en leur temps et imposèrent de nouveau la culture de la vigne à quelques pas de là …

 

 A notre tour réagissons, et montrons-nous dignes de leur lutte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.