Rues Mouchez, d ’Arcueil, de Rungis…nous y voilà presque ! -10/10/2011

 

En quête d ’une destination très spéciale, dont nous préférons garder encore un moment le nom secret, nous fouinons de fond en comble les rues d ’ un  quartier en lambeaux où un monde en gestation vient combler des béances, stigmates du passage des bulldozers.

Rue de l'Amiral Mouchez bordée d'arbres

Nous descendons d ’un pas aventureux et tranquille une large voie  bordée d ’arbres qui parviennent à magnifier des constructions  HLM toutes neuves et à accorder aux riverains l ’espace vital qui ne se trouve peut-être pas derrière leurs murs.

HLM rue de l'Amiral Mouchez

L ’ ancien « Chemin de Gentilly »  d ’abord appelé rue de la Barrière, puis ruePayen…et enfin, rue de la Glacière a été interrompue par le tracé de la rue de Tolbiac. Elle prend dans le quartier de Montsouris le nomd ’Amédée Mouchez, capitaine de vaisseau qui défendit âprement la ville du havre contre l ’ennemi en 1870. L ’amiral Mouchez qui nourrissant  une passion pour les astres et rêvait d ’établir une carte du ciel, était directeur de l ’Observatoire de Paris (proche de Denfert-Rochereau)

 

Tabac angle rue de l'Amiral Mouchez-rue d'Arcueil

Les rue de l ’Amiral Mouchez et d ’Arcueil se rejoignent à l ’extrême pointe d ’un bar tabac qui fait figure de bastion  d ’une époque dont il perpétue la vie avec beaucoup de naturel. La pointe du bâtiment évoquerait également une flèche de direction vers un monde nouveau encore en cours de gestation.

Les rues sinueuses descendent toutes, de Montsouris vers le quartier deRungis, telles des rigoles, sans précipitation, elles marquent des hésitations,  frétillent et se redressent, suivant approximativement le tracé des derniers méandres squelettiques  de la Bièvre  remblayée dans les années 1930
Résidence enclavée rue d'Arcueil

 

La rue d ’Arcueil recèle de petits coins insoupçonnés qu ’elle renâcle à nous livrer. Dans l ’intimité d ’une coure se niche une maison entourée d ’un jardin. Les constructions collectives semblent avoir été conçues pour ne pas anéantir la survivance rurale du quartier.

 

 

jardinière fleurie - rue Rungis

Nous avons remonté l ’abrupte inclinaison de la discrète rue d ’Arcueil, pour le plaisir de la flanade, mais aussi,  pour faire durer un peu l ’attente de notre bouquet final

 

Coin de province - rue de Rungis 2

Les petites maisons de ville défilent doucement au gré de nos pas, guichets de porte et volets clos.

 

Un coin de province - rue de Rungis

Quelle tempête viendra perturber l ’engourdissement de ces foyers ? Leur destinée paraît incertaine : ensevelissement ou renaissance ?

 

en face des pavillons blocs de bétons - rue de Rungis

Leur faisant face, un rideau végétal sépare fort à propos deux mondes : l ’ancien et le nouveau. Un immeuble contemporain,  s ’est implanté. Il est sobre et se confond dans une neutralité pardonnable.

 

Place de Rungis

Comme prévu, la rue de Rungis mène à une place circulaire du nom deRungis

 

Entrée d'immeuble - rue de Rungis

 

Nous ne prendrons pas la peine de chercher à savoir pour qui la porte d ’entrée de cet abri s ’était ouverte toute grande .

Sur la plaque de cuivre encastrée dans le mur, sont gravées des lettres qui forment ensemble le mot « orchidées »

Serait-ce l ’indice  que nous  atteignons la destination recherchée ?

Selon toute vraisemblance, la cité florale serait toute proche.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.