Une Cité Florale à Paris -11/11/2011

 

 

 

La rue de Rungis va déboucher sur une place presque aussi parfaitement ronde qu ’un fromage, tandis que se profilent à l ’ arrière plan, les épines métalliques d ’un chantier qui encercle  l ’ancienne gare de Rungis

 

Plaque de cuivre Les Orchidées

Le dernier pas de porte  de la rue, entrebaillé sur le carrelage à cabochons gris et blanc d ’un vestibule qui donne le ton de la maisonnée, révèle un foyer sobre et propre. Une plaque de cuivre apposée sur le mur extérieur lui prête un nom qui fleure bon

 

Plaque de rue Brillat Savarin

Pivotant presque sur nous-mêmes,  nous arpentons une voie adjacente qui semble vouloir annoncer la proximité de plaisirs sensoriels.

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es », dixit Brillat Savarin.

En son temps, le fromager Androuet sut honorer à sa façon le magistrat homme de goût.

Mais ne nous écartons pas …

 

une certaine rue des orchidées, d'aborde ingrate

Rue des Orchidées : ses abords sans caractère nous déçoivent,

mais bientôt

 

rue des orchidées le paysage verdit

le béton s ’estompe, la brique réapparaît peu à peu, et s ’habille, un petit morceau de village semble vouloir se démarquer d ’une toile de fond impersonnelle

 

 

 

entrée de la cité florale par la rue des orchidées

 

le bitume s ’estompe, les pavés refont surface, les rues reprennent taille humaine, replient en chien de fusil pour se déployer à  la faveur d ’une rencontre.

 

 

 

Rue des Glycines - Cité Florale

Les jets bleutés des wistéria sont éteints, mais les seuils des maisons se retranchent derrière de pléthoriques rideaux végétaux

 

Entrée rue des orchidées

Pour ne pas perturber l ’enchantement des lieux, nous procédons avec d ’infinies précautions au gré de petites voies qui semblent reposer sous des superpositions de verts, encore parsemés tard dans la saison de touches de couleurs.

 

Cité florale - rue des Glycines

Dans le coude d ’une ruelle, presque saisis d ’une ferveur religieuse, nous ralentissons encore le pas pour  apprécier à leur juste valeur les goulées végétales qui s ’épanouissent en cascades sous nos yeux

 

Cité florale 2

Rue des Liserons, rue des Iris… A la croisée des chemins, on rencontre la vie, tout simplement.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.