Une grande corbeille de fleurs -25/03/2010

Le thermomètre nous a accordé une clémence que nous ne lui avions pas connue depuis des mois, et nous a encouragés à nous rapprocher de l ’eau. Les austères façades de la forteresse de Paris qui longent le fleuve semble avoir revêtu, pour l ’occasion, une physionomie plus avenante.

Photo 7212
La Seine coule paisiblement , et  les   différents  corps de la Police  en représentation sur la façade  de leur Préfecture, arborent des sourires engageants .

 

Photo 7215
Nous avons traversé le Pont  au Change, longé le Quai de Gesvres à la lisière du trompe l ’oeil, et pris sur le trottoir de droite le Boulevard du Palais.

Côté soleil, le boulevard est longé par le Palais de Justice, précédé de son monumental portail doré et d ’une impressionnante volée de marches,

Photo 7218

et juste en face, une petite boutique, que la sobre apparence ne distinguerait pas de beaucoup d ’autres, parvient à me surprendre, mais pas tant que cela…

Le  souvenir de Saint-Louis rendant la justice à l ’ombre de son chène à Vincennnes, est toujours matérialisé par la présence toute proche de la Sainte Chapelle, édifiée en son temps, à la demande du monarque, sur l ’actuel site du Palais de Justice.

 

Photo 7216
La Maison Bosc  qui depuis 1845, s ’est spécialisée dans la confection des costumes d ’audience de la Magistrature, du Barreau, des Universités, et s ’est acquis une réputation mondiale, a bel et bien sa vitrine

« La robe » est le plus ancien costume et la tradition la plus ancienne… encore vivante.
La robe de nos juges, rouge et bordée d ’hermine, est indéniablement une survivance du manteau royal.

Pour la petite histoire, les avocats sont à l ’origine, des clercs religieux. La couleur de leur robe fermée par 33 boutons symbolisant l ’âge du Christ, est noire pour les occasions ordinaires, rouge pour les audiences solennelles. Au XVII, les avocats soucieux de se différentier des juges adoptent définitivement la robe noire.

La  robe rouge à encolure d ’hermine (n ’en déplaise aux défenseurs de la cause animale) devient désormais l ’apanage exclusif des  juges, et l ’est resté. Leur opulence plus ou moins affichée indique  le niveau d ’études des magistrats.

Bouche de métro
Une place ombrée et silencieuse qui dégage de multiples arômes jouxte la boutique Bosc et s ’ouvre, en vis à vis du portail principal du Palais de Justice. Plantée en son milieu, un édicule de métro signé Guimard porte le nom de « Cité. Le coeur de Paris bien calé entre les rempars austères et monumentaux de ses édifices administratifs et judiciaires apparait sous les traits d ’ une grande corbeille de fleurs..

Photo 7219
La place Louis Lépine auquel les inventeurs de la Foire de Paris se rallient, abrite depuis 1808 les stands et pavillons du  marché aux fleurs. Mi couvert, mi aérien,  sa vocation exclusivement végétale le différencie des marchés aux puces.
Les conditions météorologiques encore capricieuses ne risquent pas de défier nos flâneries. Les pavillons métalliques 1900 qui  nous ramènent immuablement à la Belle Epoque nous abriteront des giboulées intempestives.

.
Le marché aux fleurs » de la  Cité ouvert toute l ’année de huit heures et dix-neuf heures trente, apporte au parisien qui ne peut sortir de ses murs l ’occasion d ’une escapade parmi les simples fleurs des champs, au jardiniers-décorateurs recelleurs de projets un éventail d ’ éléments décoratifs, à l ’amateur d ’exotisme, la découverte de la plante rare

Le dimanche, le « marché aux fleurs » se transforme en « marché aux oiseaux », pour l ’agrément des amateurs d ’espèces rares… emprisonnés derrière les barreaux de leurs cages

Marché aux fleurs, Paris

Au cours de l ’hiver, plantes, arbustes et semis se tiennent côte à côte dans la tiédeur rédemptrice des serres. Quelques maigres  pousses échappées des frimas ou arrachés à leurs terres lointaines tentent d ’apitoyer le passant.

Des petits sacs de graines offerts à profusion toute l ’année nourrissent l ’espoir. On se laisse souvent aller au coup de coeur.

 

Marché aux fleurs, Paris
Au gré des saisons, les couleurs fraîchement écloses s ’échelonnent. Les arbustes se redressent de toute leur hauteur, les plantes vertes se présentent sous leur meilleur jour et offrent sans retenue,  leurs feuillages les plus  brillants, et leurs  couleurs les plus variées.
Vue de la Tour St Jacques

L ’ allée centrale du marché aux fleurs nous mène  vers l ’autre bras de la Seine  qui embrasse l ’Ile de la Cité ; la « sortie du marché » nous offre en prime une esquisse du clocher gothique flamboyant d ’une tour construite par Charlemagne, et qui aurait abrité une relique de Saint-Jacques…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.