Une place de village peut en cacher une autre…

 

 

 

 

29/06/2010

Subrepticement, nous fendons une épaisse cohue qui s ’agglomère sur la place du  Tertre, jusqu ’à la rendre impraticable, où s ’activent sans y paraitre, des croqueurs de portraits qui s ’appliquent à figer de leur sceau, le passage éphémère sur la « Terre Promise » de milliers de touristes anonymes. De cette marée humaine, s ’échappent à voix feutrées   des propos syncopés. La foule contient  son exubérance. On se sent confondus dans une atmosphère paradoxale  qui tient à la fois de la fébrilité et du  recueillement religieux.

 

 

Photo 7314

 

Les conversations se veulent confidentielles ; l ’impact métallique des couverts se tempère devant le mystère des légendes, et la souvenir encore vivant de tranches de vies mythiques.   Une telle congrégation qui semble baigner dans une mer d ’huile, parait surréaliste.

 

 

Photo 7317

 

A l ’extrémité de la tonnelle rouge du restaurant  de la « Crémaillère », dans un coin insoupçonné de la Place du Tertre s ’ouvre une jetée à laquelle on ne s ’attendait pas.

 

 

 

 

Photo 022

 

 

  L ’escalier de la rue des Martyrs, le plus abrupte de Montmartre se hisse au niveau de la Place du Calvaire. Les origines de Montmartre  nous rejoignent ici  en ce havre de paix , en retrait du « monde ». La petite place se niche en coudée dans le prolongement  de la Place du Tertre,  dont l ’extrêmité  opposé donne sur l ’abbatiale bénédictine Saint-Pierre de Montmartre , bâtie sur les ruines d ’un temple attribué à Mars et entourée du  petit cimetière du Calvaire .

 

 Ici peut-être plus encore qu ’ailleurs sur la butte sacrée, on peut se livrer sans retenue  à l ’éternelle supputation :

 

« Montmartre, « mont des Martyrs ou Mont de Mars » ?

 

 

Photo 7321

 

  La rue des Martyrs vient de loin. Née dans l ’ancienne « rue des Porcherons », au pied de l ’eglise Notre Dame de Lorette….elle commence son escalade dans le neuvième arrondissement de Paris ; sa course est entrecoupée par le mur des Fermiers Généraux qui se tenait Boulevard de Clichy jusqu ’en 1868. Elle repart à l ’assaut   de Montmartre pour atteindre le point culminant de la « butte sacrée ».

 

 La rue des Martyrs  aurait été le théâtre des exécutions massives d ’ évangélisateurs chrétiens… dont celle de  Saint Denis,  vers l ’An 250

 

    Denis,  ainsi que ses compagnons Eleuthère et Rustique (et bon nombre de Chrétiens) qui refusèrent  de porter allégeance à l ’autorité de l’empereur,  furent rapidement suppliciés. Il était prévu que les légionnaires procèdent à leurs exécutions devant le Temple de Mercure, au sommet de la butte, mais dans la hâte,elles eurent lieu à mi-chemin de la pente (au niveau de l ’actuelle rue Yvonne-Le-Tac)

 

Photo 023

 

 Ni croix ni sépulture ne viennent stigmatiser cette paisible retraite qui récompense l ’effort de la montée, seulement une petite place à part entière, le coeur d ’un village en aplomb, entouré de  rues pavés en contrebas. La seule présence  bienveillante  de ses bouquets d ’ arbres suffit-elle à inspirer spontanément un silence recueilli ?

 

 

Photo 7319

 

 la Mort, la vie, le vin aussi …

 

 L ’hiver tirant à sa fin,  nous nous étions installés  chez Plumeau. Aux attraits de la terrasse que nous avions  jugés encore prématurés pour la saison, nous avions préféré le confort des sièges de moleskine rouge, à l ’intérieur. Aujourd ’hui  le retour des beaux jours et le soleil nous ont donné l ’ordre impérieux de nous placer en montre 

 

 L ’ancienne auberge du Coucou devenu le Cabaret « Chez Plumeau » dans les années cinquante était un repère de chansonniers.

 

 

 

Photo 024

 

On raconte que les bons bourgeois qui le fréquentaient sous galante escorte, parvenaient souvent à se faire démasquer et prendre à partie, d ’où l ’expression « se faire voir chez Plumeau ».

 

Aujourd ’hui la cuisine est familiale et traditionnelle, l ’accueil convivial et la mine du crayon aimablement aiguisée 

 

 

 

 

Photo 7320

 

En face, à l ’arrivée de l ’escalier vertigineux, se dresse à angle droit, une imposante demeure dont l ’intimité est protégée par une austère muraille qui ne suscite, au premier abord qu ’une lasse  indifférence. Seule la forme exagonale d ’une mosaïque aux lettres d ’or parvient à accrocher le regard

 

 

Photo 7316

 

  L ’oeil de la porte  est une toile d ’araignée, son regard prend la forme d ’ailes de papillons. Qui dans ces conditions oserait se riquer à troubler la tranquilité de ce sanctuaire  qui domine tout Paris!

 

 

Photo 7315

 

Né aux lendemains de l ’annexion du village à Paris, Maurice Neumont se lie avec Forain,Poulbot,et Wilette…pour instituer en 1921 la République Libre de Montmartre, et devient le premier maire du village.

 

Elève de Gérome dont les oeuvres sont qualifiées de pompeuses, Maurice Neumont se distingue par ses affiches de propagande à la veille du premier conflit mondial

 

Chevalier de la Légion d ’Honneur, Maurice Neumont très attaché à la vie de Montmartre était aussi membre de la « Communauté Libertine du Cornet « 

   

 

Photo 025

 

Place du Calvaire : la vie, la mort, le vin, l ’Amour et Paris à nos pieds …

 

 

Photo 7325

 

Des broussailles dignes de celles qui entouraient le chateau de la belle au bois dormant sont inextricablement entrelacées pour  faire front aux frimas hivernaux. A la veille du printemps, leur nudité offre encore l ’illusion de pénétrer à la dérobée tout un  monde en contrebas  que leur florissement  occulte

 

 

 

Photo 026

 

ou ne dévoile que par fragments pendant la belle saison

 

 

Photo 7326

 

 Poulbot bienfaiteur des enfants s ’est joint à la confédération des antigrattecielistes, dadaïstes, et autres surréalistes, proclamateurs de la Commune Libre de Montmartre qui  abrite en son sein, un espace très particulier, dédié à Salvador Dali.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.