Une rue très spéciale menant Parc de Passy -09/09/2009

  François, Juste, Marie Raynouard,  illustre habitant de Passy, histoiren (traita de sujets concernant les troubadours, Templiers et Jeanne d ’Arc notamment, ce qui lui valut quelques témoignages d ’appréciation de Napoléon I). Tout est dit …

Rue Raynouard : Coup d ’oeil indiscret traversant le porche d ’un immeuble


Vision volée par l ’entrée d ’un  immeuble  voisin

Cet ensemble d ’immeubles s ’accorde de concert à former un quadrilatère, qui n ’est plus forcément un « lieu de jeu rectangulaire », tel que strictement défini par l ’anglicisme « square ».  Nous venons seulement d ’apercevoir le « square Raynouard » (capsule solidement ancrée dans la rue de ce nom)


  Avant de la retrouver plus tard dans l ’après midi, nous abandonnons cette rue Raynouard, d ’abord appelée « Rue Haute » au temps où elle appartenait encore au village, d ’Auteuil, puis devenue « Rue Basse » lorsqu ’elle fut intégrée au village de Passy, qui venait de bénéficier d ’ une indépendance toute nouvelle. 

 Tout dépend de la perspective où on se place, évidemment…

Une avenue dévalant la colline de Passy, au gré des marches…

L ’établissement thermal a disparu lorsque les sources se sont taries. Mais je me plais à en imaginer l ’atmosphère, avec ses modes, et ses propos…

Un escale romantique,  parfaitement propice à la confidence, au clair de lune


Nous anticipons avec ferveur la perspective de quelque oasis

 

 

 

 


Une colonne  de fer forgé où s ’entrelacent quelques plantes grimpantes, coiffée d ’un dôme ouvert sur le ciel, mène à l ’allée centrale du parc qui donne libre accès à une grande pelouse. En poursuivant un peu plus loin, on gagne les bords de la Seine.

 

 

 

De part de d ’autre, une « allée fleurie »  (qui ne l ’est pas aujourd ’hui) culmine le parc 

 

 

Au « Jardin des haies » très policé, j ’ai préféré les charmes plus détendus du « Jardin des Fougères »

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.